Archives de Catégorie: Societe de consommation

Allez consommons ! Consommons !

With Mr. Navitime (bestiaire marketing N°8)

nt-ytkaidan

Wahoo, quelle chance cette image et les deux suivantes se cliquent pour apparaitre format poster que tu pourras afficher dans ta one room, 6 tatami !

With Mr.Navitime un nouvel épisode de notre bestiaire marketing, tout en photos ! Et pour une fois, un character qui paye réellement de sa personne puisque la mascotte du célèbre soft pour keitai de navigation en temps réel ou navigation engine ; train-métro-bus étendu peu de temps après à l’aérien puis à l’auto; avec des spéciales meilleurs spots et accès pour les sakura ou pour Golden-week, pour les stations de ski, les plages etcetera. Cette mascotte est devenu un talento qui ne fait plus que Mr Navitime, il n’est plus lui, il est devenu, … Mr Navitime ! Sur des affiches ou sur les routes, dans le métro, sur des feuilles de plateaux de fast-food, le jour et puis la nuit, à la radio, sur Internet ou à la TV, sur les écrans des immeubles de Shibuya à Shinjuku, sur les écrans de la Yamanote, ceux de chez Tôkyû et dans ceux du métro pour ne citer qu’eux, sur les bus et dans les taxis de la capitale puis tout récemment, associé à un autre produit comme avec Olonamine C, une boisson énergisante …  Après ce cross-marketing vont-ils se marier ?

navt-flesh

nt-mado1

nt-ikebhome

nt-hana

nt-potato nt-marunouchi

Ah ! Pour d’autres icônes marketing, on tapera « bestiaire », dans le formulaire de recherche de ce site.

nt-crossmarketing

Tout ça pour dire que je me serais bien vu au Japon devenir mascotte de Navigation Engine pour téléphone portable, quite à payer un peu de sa personne mais j’aurais mis une moustache en plastique que j’aurais enlevé le soir afin de marquer ma différence … Enfin bref !

Publicités

3 Commentaires

Classé dans Societe de consommation

Japanese refreshing flavor

shis1

Et bien … Oui ! Je sais aussi faire dans le reportage « tête de gondoles » et pour l’occasion, j’ai ressorti le bon vieux verre Sailor Moon, ça faisait longtemps.

Ah ! Je l’attendais cette sortie commerciale, ce hit saisonnier, ce tube de l’été, ce buzz marketing qui s’installe en rayon et qui à ce propos, dépasse même les frontières pour s’installer sur les blogs et webzines de la planète, estampillés « cool Japan ».

« -Tiens, il parait que Coca-Cola Japan a sorti un cola au thé vert dernièrement ? »

Non, ce n’est pas celui-ci dont il est question mais de l’autre. Celui qui a coutume de faire parler de lui à la même époque chaque année dont je voulais parler.

Je suis un peu à la bourre cette année et je me serai donc fait griller la politesse par tous mes camarades du web mais que voulez-vous, pour les nouvelles bulles, habiter Saitama, au Nord de Tôkyô, c’est comme avec l’éclosion des fleurs de cerisiers, on est servit après ! Bref, … Tout commença en 2007, l’été 2007 ; Suntory sortait sous pavillon Pepsi, un « Cuncumber cola ». Oui, un cola au goût de concombre ! Une série ultra-limitée estivale qui allait se répéter chaque année à la belle saison. En 2007, il était bien question d’un cola, d’ailleurs je me souviens encore bien de cet arrière goût de cola qui se dissimulait inside.

Mais visiblement, puisque les combinaisons cola + des-trucs-marrants-à-foutre-dedans-qui-fera-parler-de-son-produit ne semblent pas être légion, Suntory qui distribue, gère et créé pour la marque au Japon a dès l’année suivante, décider pour son buzz saisonnier de généraliser l’offre en un soda de l’été, en lieu et place du cola tout en conservant cependant l’appellation Pepsi ! Ainsi sortira en 2008, le Pepsi Blue Hawai qui, comme avec son predecesseur, le cola cucurbitacé, on pourra en tendant l’oreille écouter les remarques de ces spectateurs-consommateurs, se taper sur le ventre aux cris de « oouuh-ouh cola-liquide vaisselle » puis « Ah aah soda-bain moussant » ! Et pourtant, …

Et pourtant, le coup de Suntory, force tout de même l’admiration pour celui qui s’intéresse un tant soit peu, au marketing et à la créativité utilisée pour se faire remarquer sans que cela coute un rond (ou presque).

Cette année, le millesime 2009 est au shiso ! Cette plante aromatique nippone, qui contrairement a ce qui a été écrit un peu partout, n’est pas uniquement utilisée avec les sushi, principalement ceux à la seiche (ika), en maki-ume (prune) ou encore en décoration de plateau (kazari). Le shiso se consomme souvent frit, en tempura, aromatisant parfois le ponzu ( ? ) ou encore accompagnant les somen, ces nouilles que l’on mange froides en été, … Tiens justement !

shis4

Alors, que cela soit avec le Blue Hawaii de 2008 et sa référence à un des sirops qui nappent le kakigôri ( ? ) ou bien avec celui de cette année, le Pepsi au shiso ou basilique japonais, il sera donc question d’utiliser des référents culturels forts et de les associer à une boisson qui à la base ne fait pas partie de la culture japonaise. Point d’exotisme ici, on communique nippon avec le soda de l’été.

Mais quel peut être l’interêt d’y ajouter dans la composition du summer soda ces références culturelles ? Parce que c’est fédérateurs ? … Mouais maiz’encore ?!

La sortie de cette boisson événement à la même époque de l’année a pour but d’asseoir la marque – Pepsi – en lui donnant cette visibilité nécessaire au sein de l’immense choix qui bataille pour capter les faveurs des habitants de cette île. A une saison où tous, s’apprêtent à suffoquer de chaleur dans les quelques jours à venir. Il n’y aura certes jamais de Pepsi shiso dans les distributeurs de boissons, il n’y aura bientôt plus de soda au shiso dans les points de ventes mais, il y aura toujours du Pepsi ! Tout laisse à penser que Suntory souhaite et capter ceux qui ne jurent que par les soft-drinks sucrés à bulles (et se désengager du leader Coca) mais aussi peut-être à capter une clientèle jusqu’à présent peu enclin à délaisser leurs habitudes estivales en matières de rafraîchissements. Parce qu’au Japon, jusqu’à présent, qui dit boissons de l’été, dit thé vert ou mugi-cha ( ? ) difficile de faire plus locale, c’est un fait maisdes annees de Blue hawaii ou de soda au shiso y changeront t-il quelque chose. Il faut cependant reconnaître que Suntory aura, très rapidement réussi à faire parler du Pepsi qu’il distribue et pas uniquement à l’aide de très grosses campagnes de pub mais en savant aussi jouer avec une certaine créativité puis en rigolant bien avec tous ces  » Ah-ah Cola detergeant  » puis, « ouh-ouh gel wc » ! Que tout cela engendre, sur le web …

shis2 shis3

4 Commentaires

Classé dans Societe de consommation

Gyôza, c’est plus fort que toi -part.2-

 

Gyôza, c’est plus fort que toi, numéro 2 où, on ne change pas un concept qui gagne

 

Image131

 

9600 yen, la belle assiette de gyôza. Oui, la même que la composition en cire qui nous est présentée en vitrine. 9600 yen les 100 pièce ou …

…Offert par le patron si tu les finis tous ! Alors, « wanna play ? » Même pas avec une petite bière chinoise pour faire passer tout ça ?

1 commentaire

Classé dans Autour d'un plat, Societe de consommation

Précieux emballage

oppp1

Et dire que, … J’avais raté la Part 1 !

Part one, Part two où, comment valoriser à peu de frais, un peu de lait et quelques oeufs ! Un last minute omiyage qui ravira ces provinciaux de retour d’un voyage à Tôkyô ; après un arrêt pipi sur l’aire d’autoroute de Takasaka sur la Kan-etsu en direction de Niigata ou Sendai via la Tohoku !

Oui, c’est ça, à l’abri des regards, sur ce vaste parking gentiment et dou-ce-ment ; comme demandé sur l’emballage, sur le fauteuil passager de la voiture, j’ai, sans trop tremblé je pense, dégrafé ce soutien-gorge qui s’offrait à moi. 

oppp2

 

Puis ils sont apparus, ces deux petits pots de crèmes caramel qui se dressaient fièrement que je mangerais sans attendre, à la petite cuillère en plastique que l’on m’avait donné en caisse … Après avoir arraché avec les dents son emballage plastique …

oppp3

6 Commentaires

Classé dans Societe de consommation

La gourcieux

 

minipo-gourcieux

 

Ah quel exotisme ! Vous vous rendez-compte, tout ce que cela peut évoquer ? L’ambiance d’une place de marché et ses commercants ambulants, un poulet grillé, des pommes au four, du fromage de chèvre et quelques légumes, un tour chez le caviste et un petit Chinon qui s’entendra bien avec le poulet ; quelques tracts récoltés au passage puis l’apéritif que l’on prend au café de la dite-place, les copains que l’on retrouve,

 » – Michel, un Ricard s’te plaît ! Tu bois un coup ? … Ah, deux Ricard  ! »

Ne pas oublier le pain, les bras chargés, retour à la maison, …

Et oui ! Alors au Japon, quoi de plus dépaysant sous ces latitudes que ces petits instants simples et pourtant si agréables à vivre. Une place de marché avec, … Tiens par exemple, une gourcieux en son milieu ! 

C’est donc cet art de vivre qui aura inspiré les cadres de chez Tokyo-Metro pour la conception du centre commercial Echika à Ikebukuro, inauguré le 26 février dernier. Echika, un mix entre « eki » (station, gare) et « chika » (sous-sol) faisant aussi référence à ces « depaa-chika« , ces commerces en sous-sol des grands-magasins nippons. Echika, ou l’art de transformer des couloirs de correspondances – nouvellement créés depuis l’inauguration de la ligne de métro Fukutoshin – en « mini mall » souterrain. Un petit centre commercial, départementalisé en plusieurs thèmes : « Espace pause » (services et restaurants) « Espace mode » (boutiques et accessoires) « Passage de métro » (mini corners) et enfin, « Place de gourcieux marché  » (commerces alimentaires) 

Des millions et des millions de yens d’investissement, des couloirs de correspondance aux allures de rues commerçantes de centre-ville de chef lieu de canton, … Et une question demeure : Qui et surtout où, ont-ils été cherché ce nom pour leur espace alimentaire ; « Gourcieux marché » (gouloushyouu malouché) qui certes ne pourrait être que d’inspiration française mais même prononcé en japonais, c’est pas joli !  

 

 

4 Commentaires

Classé dans Societe de consommation

Maxi saucisse

 

image1426

 

Le mot hot-dog, d’après Bruce Kraig, historien du hot-dog, ferait référence à une autre importation des immigrants allemands de la fin du xixe siècle, le teckel ou basset, mieux connu sous son surnom de saucisse sur pattes ou chien-saucisse. Les saucisses « dachshunds » (mot allemand pour désigner ce chien), qui sont à l’origine des hot-dogs, auraient été ainsi nommées pour plaisanter sur la provenance de la viande utilisée pour les confectionner, de même qu’aujourd’hui on dit des raviolis chinois pour invoquer la possibilité qu’ils seraient fourrés de viande de chat. On sait que dans les années 1890, les kiosques ambulants utilisés pour vendre les premiers hot-dogs étaient souvent appelés « dog-carts ». De « saucisses de chiens » à « chiens chauds », le pas était aisé à franchir, et il le fut probablement par des vendeurs enthousiastes lors d’une partie de baseball : « Elles sont chaudes mes saucisses de chien, elles sont chaudes ! » ou, en anglais : « Hot dogs, hot dogs ! »

Wikipedia (extrait) « hot-dog« 
En passant devant cette grande saucisse, qui, soit dit entre nous, ne devait plus avoir toute sa tête, je me demandais pourquoi le hot dog était si populaire au Japon bien que je ne connaisse que les dogs de chez Doutor, la plus grosse chaîne de coffee-shop de l’Archipel. Même Mc Donald s’y est mis, si-si !

 

 

Je pensais à Maki aussi. La dernière fois que j’étais passé au bureau de shinjuku ; pour dire bonjour, pour y déposer un dossier à mon ancien employeur également, j’avais été étonné de ne pas la voir. Toyoda m’apprit qu’elle aussi avait arrêté. Elle s’était fait sexuellement agressée en sortant du travail, Kabuki-chô … Cela du être la goutte d’eau qui fit déborder le vase, je savais qu’elle en avait marre de ce boulot. J’aimais bien Maki … 

 

 

1 commentaire

Classé dans Societe de consommation

Jesus Body

Jesus ! What a body !

 

image071

image clickable

 

Extrait du dernier prospectus de la petite chaîne de drugstores « Welcia » (médicaments-cosmétiques-droguerie) et de sa foire promotionnelle spéciale produits « minceur ». Pour un corps de rêve, un corps comme Jesus pour 2980 yen seulement ! C’est Mademoiselle Kaori qui le dit !

 

 

2 Commentaires

Classé dans Societe de consommation