Archives de Catégorie: Densha de go !

S’il y a bien un pays du rail, c’est le Japon

Passage d’un train

Un instant(ané) s’il vous plaît !


 

 

image0091

Un train de la compagnie Keikyû utilisé en express sur la ligne de métro Toei Asakusa. Un train qui file droit vers l’aéroport domestique de Haneda.Un train qui ne s’arrêtera pas à cette gare. Un train que je regarderai passer dans ce vacarme souterrain … 

 

image070

C’est dingue, ce qu’elle peut ressembler à Hitomi cette fille ! Je me demande ce qu’elle devient ; tiens !

 

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Densha de go !, Un instant sonore, un instant-ané- s'il vous plaît

JR-East Melody Pass

C’est parti, …

 

eki-onoffmelody

 

 

image9921

 

JR Higashi-Nihon (JR-East), comme un lundi,

photographies realisees avec le telephone Sharp 910 SH

 

image1398

 

 

image1941

 

image2036

 trainjr-saikyo

 

 

image1872

 image2100 image2121 

 

image714

 image1334

 

 image89000    image1541

 

    piccyfix_1222696377_samkim

 

 tokyo-eki

 

Soundtracks, disponible pour les malades    fans, sur amazon.jp

 

image8891

 

Soundtracks, disponible pour les malades    fans, sur amazon.jp

3 Commentaires

Classé dans Densha de go !

Le Fumikiri de Fujimishi

image2207

« – Ca va, vous arrivez de comprendre l’annonce de les hauts-parleurs ? »

« – Euh … Oui bonjour madame, oui-oui, je comprends qu’aujourd’hui, c’est donc plutôt tranquillement que je me rendrai au travail puisqu’aucun train n’est prévu avant midi ! »

« – Je vous connais, vous venez de temps en temps à la bibliothèque, n’est-ce pas ? Je suis bibliothécaire. Je vous ai déjà vu là-bas. »

« – Ah ? Enchanté ! Oui en effet mais de temps en temps seulement. »

Le bordel ! Quand tout va de travers, il n’y a que ça de vrai pour favoriser les relations humaines. Quelques mots échangés devant la ligne de franchissement en compagnie de la bibliothécaire. Quinze minutes en sa compagnie ; à présent moins de deux heures d’attente et toujours pas de bus de substitution. Pourtant la compagnie de chemin de fer qui exploite cette ligne transportant des milliers d’employés sur Tokyo exploite également une dizaine de lignes de bus. Aucun véhicule ne sera pourtant affrété jusqu’à la gare situé au-delà de l’accident. Nous saurons nous contenter des excuses maintes et maintes fois répetées par les agents d’astreintes.   

image2211

Personne ne s’est jeté sous un train aujourd’hui. Aujourd’hui, il s’agit d’un accident de passage à niveau, pas très loin d’ici. D’ailleurs entre deux annonces d’excuses mielleuses on peut entendre ces hélicoptères des télévisions tournoyant dans le ciel voisin pour le news-live du jour :

FNN (Fuji news network)

« – Dîtes-moi madame, comment saviez vous que j’étais Français ? C’est bien la première fois que l’on m’adresse la parole directement en français et je dois dire que j’ai été très surpris ? »

« – Ah, non ? Vous êtes Français ?? Ooh ! Quelle chance, j’adore parler le français mais il n’y en a pas beaucoup de ce côté-ci n’est-ce pas, je pensais que vous étiez italien ou espagnol voire turque … « 

« – … ? Ah … Oui … »

 

image2205

Shoganai ne !

image2210

 

Dans la même série :

Le Fumikiri de Tokiwadai

 

« – Ah Ah ! C’est madame Ito avec qui tu as bavardé ce matin, en effet, elle travaille à la bibliothèque où les habitués la salue en français. D’ailleurs, elle parle français avec tout le monde ! »


5 Commentaires

Classé dans Densha de go !, les gens, Les gros titres

Tokyoïtes – 22 –

 

 

Une rencontre furtive. Une banquette de train, une banquette de métro et les voyageurs qui y ont pris place pour un voyage à l’intérieur de la mégalopole. Une petite plongée dans le vrai Japon, le Japon de tous les jours. Tokyoites.


Et voici donc deux images qui, dans quelques jours -le 1er novembre exactement- appartiendront au passé ! Il n’est pas question d’une note interne qui interdirait au personnel de la compagnie Tobu, de s’assoir sur les banquettes du train, réservant celles-ci, uniquement aux posterieurs de nos voyageurs quotidiens ( et de nos Tokyoïtes ) et ce meme lorsque l’on a fini son service ; non non non ! C’est pas ça. 

 

« Tu sais si ils ont réparé la machine à café à Ikebukuro ? »

Alors voila, c’est la gorge nouée, la voix hésitante, emplie de tristesse et de nostalgie que j’annonce au monde à tous ceux qui passent par là, que, le 1er novembre de cette annee … 


 

Les employés de la compagnie de chemins de fer Tobu, auront des allures de personnels navigants d’une compagnie aerienne !

Alors, certes, ces costumes marrons, il faut bien le reconnaître n’étaient pas particulièrement  seyant, seulement, ils ne ressemblaient à aucun autre uniforme et c’est pour ça que je les aimais bien ! A présent, ils ressembleront à n’importe quel personnel de n’importe quelle compagnie ferroviaire !

 

 

 

 

« – Mesdames et messieurs, ici le commandant de bord, nous aterrirons a Ikebukuro dans quelques instants, sur la piste  2, veuillez attacher vos ceintures s’il vous plaît …  »  


7 Commentaires

Classé dans Densha de go !, Tokyoites

Zen

 

 

 

« – Degage de la. Tu es trop pres de moi, tu pus ! « 

Le shochu on the rocks m’avait légèrement chauffé les oreilles, pourtant je n’en avais pas bu tant que ça. Juste ce qu’il faut en fait pour me transformer en superhero justicier, comme cela arrive parfois dans ces moments et a chaque fois dans le train.  Les affiches placardées ici et là, jusqu’à l’an dernier par la compagnie de chemin de fer, invitant son aimable clientèle à adopter les bonnes manières pour une meilleure vie en société, ne sont pas suivies par tous. Ici, la racaille du train de banlieue porte souvent le costume-cravatte. Apres une longue journée passée à caresser son patron dans le sens du poil et après quelques verres dans le pif, un fort besoin d’affirmer sa virilite se fait sentir chez certains qui alors se donnent en spectacle dans l’anonymat du transport collectif.

 

 » – Tu entends ce que je te dis ? Retourne toi et montre moi ta sale face d’abruti « 

L’homme à qui était adressé cette poésie ne prit pas la peine de se retourner et continuait a deviner à travers la fenetre le paysage qui défilait dans la nuit. C’était le dernier train pour Kawagoeshi et, bien que lundi, la rame était bondé et transportait son lot de salary-men alcoolisés mais bien entendu, pas autant qu’un vendredi soir. Alcoolisé, il devait l’être aussi sûrement ce quinquagénaire au costume rayé qui avait prit en grippe son voisin qui s’était adossé à la porte et qui visiblement devait faire de l’ombre à notre homme. Ils avaient très certainement à peu pres le même âge. 

 

 » – Allons mônsieur, c’est le dernier train, c’est normal que celui-ci soit bondé, non ? »

L’homme au costume rayé me fit un clin d’oeil complice me disant en substance « attends tu vas voir on va s’amuser un peu. » Et l’autre, de me regarder en levant les yeux d’un air tout aussi complice qui semblait quant à lui me dire ; « Oui, tu parles d’un abruti de première« . Ce dernier portait un costume sombre et discret tout ce qu’il y a de plus classique et était peut-être de ce fait, un petit employé de bureau sans grande responsabilité qui rentrait à son domicile après avoir offert à son entreprise quelques heures supplémentaires. C’est tout du moins ce que je m’imaginais en tant que simple spectateur.

 

 » – Allez descends, viens on descend tous les deux. »

« – Non, je ne descendrai pas du train, ce n’est pas encore ma station »

Il descendra pour laisser le passage aux voyageurs qui etaient quant à eux, arrivés à destination puis dû lutter pour retrouver sa place contre la porte du train et cette fenêtre qui lui permettait de regarder à nouveau défiler ces bâtiments d’habitations, ces routes encombrées illuminées de rouge et de blanc, ces quelques parcelles encore cultivées qui temoignent d’une ancienne activité maraîchère dans cette grande plaine du Kantô. Il dû lutter car repoussé a plusieurs reprises par son contemporain qui souhaitait vraiment avoir le dernier mot.

 

 » – En fait tu es un bon a rien, c’est ça, tu ne sais rien faire, tu n’es qu’un moins que rien ! 

 » – Oui voila, c’est ca, je suis un bon a rien »

 

 » – Et comment ca se fait que tu ne sais rien faire ? Hein ?! »

 » – Veuillez m’excuser …

 » – C’est donc vrai, tu ne sais rien faire alors ! »

« – Je suis desolé, excusez moi »

« – Allez tu … Descends je te dis »

 » – Non, excusez-moi, excusez-moi … Excusez-moi »

Oui j’étais plutôt surpris du comportement de notre homme au costume discret et ce, alors que son « compagnon de voyage » assena un violent coup de poing contre la porte métallique de la porte du train, élevant ainsi un peu plus haut le degré de provocation. En y réfléchissant bien et après analyse de la morphologie de nos deux protagonistes,  tout laisse à penser que notre petit salary-man aurait pu régler rapidement l’affaire en acceptant l’invitation, voire peut-être même en élevant à son tour la voix mais au lieu de cela, seules ces excuses répétées semblaient vouloir concluer l’entrevue.

 

 

 

 » – sumimasen « 


 

 

L’homme au costume rayé, fini par descendre, tout seul. C’était sa gare de destination. L’homme au costume discret me sourit.

 

 » – Je suis désolé, excusez … Il avait bu et était saoul »

 » – Non non, ne vous excusez pas … » 


 

L’homme au costume discret le superhéros de la soirée.

12 Commentaires

Classé dans Densha de go !, les gens

Les coussins de la Yamanote

La mythique ligne circulaire Yamanote. Quais 5, 6 et 7 de la gare d’Ikebukuro. C’est ici, entre autres,  que s’effectuent les changements d’equipes. Les conducteurs et les shasho (*) attendent chacun a l’extremite du quai, l’un en tete, l’autre en queue pour remplacer leurs collegues respectifs. 

Je me plais a observer leur ballet ; leurs salutations et la rapidite avec laquelle ils doivent prendre le relais et puis, … Et puis je remarque que chaque conducteur de la Yamanote se presente sur le quai arme d’un accessoire personnel, visiblement indispensable durant leur service. Un, coussin ! Visiblement non-fourni par la societe, la compagnie de chemins de fer JR-East. Il sera leur compagnon de voyage. 

 

« – Bon, allez salut ! Bon courage, moi je rentre ! »

8 Commentaires

Classé dans Densha de go !

F! Started

Enfin ! La ligne Fukutoshin est enfin ouverte. Elle relie depuis ce samedi 14 juin, Wakoshi a Shibuya via Ikebukuro, Waseda, et Shinjuku . Elle s’appelait encore « Shin-sen Ikebukuro » lorsque pendant plusieurs annees, elle n’etait qu’un troncon parallele a la ligne Yurakucho de Wakoshi a Ikebukuro.

 

 

Ce samedi 14 juin, l’attraction du week-end aura donc ete de rendre visite a la derniere nee de Tokyo-Metro, un des deux operateurs du « tube tokyoite » et d’immortaliser sur les quais des gares du reseau, tout ce qui pouvait avoir un  rapport de pres ou de loin a cette nouvelle ligne de metro. Et bien entendu, quelques acharnes (plusieurs dizaines ?), auront, toute la nuit durant patientes devant des bouches de metro, pour faire partie des tous premiers a emprunter « F! ».

 

 

 

A suivre, tres certainement …

1 commentaire

Classé dans Densha de go !