Archives mensuelles : avril 2008

Le sourire de Babagami

706 marches ! 706 marches, faites de petits rondins de bois permettant d’acceder au sommet arrondi de ce petit mont de 553 m. A travers un sous-bois luxuriant dont le sol présente quelques variétés de « légumes de montagnes » dont sont si friands les habitants de ce pays. Des légumes de montagnes que l’on mangera en salade le soir venu et en tempura le lendemain. 706 marches, certainnement realisées pour y faliciter l’acces de Yakurai-zan à tous. Un sentier classique  m’aurait semblé néanmoins beaucoup moins pénible. Grand-père nous accompagnera jusqu’au bout. Grand-père et sa fiereté, feignant de chercher quelques plantes de montagnes toutes les 50 marches, plutôt que de s’avouer diminué par le poids de ses 89 ans. Chapeau tout de même Ojichan.

Par temps clair du haut du mont, en plus de la vallée en contre-bas, on peut y apercevoir la mer, parait-il. Au sommet également, comme sans doute sur tous les sommets nippons, un petit Jinja fait de bois et de tole accueille le randonneur qui pourrait presque le confondre avec un abri de matériel de travaux forestiers.

Grand-père nous fit signe de le suivre encore quelques mètres, après le Jinja et nous présenta Ubagami-sama qui se tenait en position assise sur une grosse pierre, au bord d’un sentier qui semblait desservir un autre flanc du mont. Elle avait pour seules vêtements, un fichu sur la tête et une tunique de couleur vive. C’est d’un large sourire qu’elle accueilla les randonneurs que nous étions. Grand-père s’approcha encore un peu plus près d’elle et souleva sans ménagement sa tunique, nous présentant ainsi son opulente poitrine qu’il caressa quelques instants …

 

 

A ses pieds, une diziaine de ciseaux la plupart rouillés, quelques pièces de monnaies nous rappellent que Ubagami-sama est en fait une statuette que l’on visite afin d’y exausser des voeux chers. Ubagami-sama permet aux jeunes femmes de la région de devenir de bonnes mères sachant élevées et nourrir leurs enfants, sachant faire la couture également.

 

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans CartePostale

Koi-nobori a Tatebayashi

Tout comme l’an dernier, … Koi nobori !

Mais cette année, j’aurais fait le plein de carpes volantes dans le ciel et ça, c’était à Tatebayashi (Gunma-ken). Sur le chemin du retour d’un week-end a Miyagi (Miyagi-ken), une petite pause au bord de la rivière Tsuru-udagawa. Pour changer d’air, pour changer de l’aire d’autoroute. Ce sont plus de 4000 carpes disposées ainsi pour feter les garçons le 5 mai.

« – C’est une idée de l’office de tourisme qui cherchait à attirer du monde dans leur ville. Il faut dire qu’il n’y a pas grand chose a Tatebayashi. En 2005, la ville entra dans le Guinness book où fut comptabilisés 5823 carpes ! » 

J’avais eu réponse à ma question. Sur l’origine de cette manifestation colorée le long de Tsuru-udagawa. Je rêvais d’une explication où se mêleraient uniquement traditions, coutumes et histoires … Il n’empeche le spectacle est bien agréable.

 

Plus! Tatebayashi, sur la Tobu-Isesaki line (depuis Tokyo-Asakusa) ou par l’autoroute Tohoku

5 Commentaires

Classé dans CartePostale, Four Seasons

Le Printemps du Tohoku

L’arrivee du printemps, c’est, … Ah !! C’est … Un moment particulier et intense. C’est une multitudes de petits details qui saluent les sens. C’est … La fin de la saison froide. Le retour des fleurs colorees et parfumees, de l’herbe verte, c’est le gazouilli des oiseaux, c’est le retour des T-shirts a manches courtes, des jolies filles dans les rues, c’est les cerisiers en fleurs. Oui, je sais on en avait deja parle. Sauf que : « Meme joueur, play again » en allant retrouver ces moments magiques un peu plus au nord. Dans le departement de Miyagi, au Nord de Sendai.

Alors ce week-end, nous avons ete saluer une deuxieme fois l’arrivee de la nouvelle saison. Tiens ! Des jonquilles !    

5 Commentaires

Classé dans Four Seasons

Pluviosité

D’habitude, elle rentre toute seule de l’école avec ses camarades du quartier. Hier, comme tous les parents du groupe scolaire, nous étions invités à suivre un cours de math avec la nouvelle maîtresse – Mme Sakai – Il s’agissait du premier « education show » de l’année. Il y avait un problème affiché au tableau que je soumets ici : J’achète un castella à 25 yen (c’est pas cher, il s’agit donc là, d’un castella discount) ainsi qu’un bonbon à 14 yen, à combien s’élève le prix de ce petit gouter gourmand ? (*)

Décidément ce mois d’Avril aura été particulièrement pluvieux. Mis à part quelques belles journées ensoleillées, les parapluies auront été souvent sollicités. Après le cours de math, nous sommes rentrés ensemble, avec ses camarades. Je pense à ce journal qui n’aura pas connu d’activité intense ce mois-ci. Je n’ai pourtant cessé de mitrailler avec mon téléphone, en prévision, tous ces gens qui partagent mon existence et ces paysages qui m’entourent, j’ai également commencé à rédiger des dizaines de billets mais je n’ai eu ni l’envie, ni le temps de les mettre en ligne. Le mois de Mai connaîtra quant à lui, une activité plus soutenu. Je pense à ce journal mais je garde un oeil sur Kotaro-kun, Nagi-chan, Mone-chan, Luna-chan et Lumika qui se chamaillent, qui courent et qui jouent tout le long du trajet.  

 

 

(*) Reponse au problème : Un castella à 25 yen + un bonbon à 14 yen, le total s’élève donc à 39 yen

4 Commentaires

Classé dans Les enfants, meteo

Bien assurés

Le Kannushi avait béni le terrain de la future maison de nos amis à Kami-Fukuoka ; le Kannushi avait également béni notre fille au Jinja de Hikawa à Kawagoe. C’est également à Hikawa Jinja qu’un jeune Kannushi se chargera d’apporter la protection des Kami sur la nouvelle auto de la maison.  

 

Before and after

Une March, comme celle que nous conduisions jusqu’à présent (Une March serie speciale « Collet ») que le concessionnaire Nissan est venu nous échanger contre une toute nouvelle. « Collet » n’était pas bien vieille, le compteur n’affichait pas un kilométrage élevé pourtant (80 000 km seulement) les diverses bosses et éraflures qui décoraient la carrosserie ne génaient pas Teruko mais … Avec des controles techniques hors de prix et d’une extrême séverité puis à cela, si on ajoute le coût nécessaire à la mise à la casse d’un véhicule, il devient alors plus avantageux d’acquerir une auto neuve plutôt que de privilégier l’occasion ! Le gouvernement japonais à toujours su y faire :

(a) – pour la sécurité routière   ?  (b) – pour protéger son industrie automobile ?

J’ai à présent un O-Mamori du Jinja de Hikawa que j’ai rangé près de mon permis de conduire. Celui-ci me protégera des dangers de la route, lorsque je prendrai le volant de la nouvelle auto. Et si j’y ajoutais un St Christophe ?

 

 

3 Commentaires

Classé dans Societe de consommation

Tapissé

9 Commentaires

Classé dans Four Seasons, un instant-ané- s'il vous plaît

Le temps des cerisiers

4 avril, petit arrêt-minute, près de la petite rivière qui coule pas très loin de la maison, sur la route du super-sentô transformé en super-onsen.  Juste quelques courts instants dans la matinée, au retour d’une visite à la grande surface de bricolage. Déjà sur le chemin, à travers le pare-brise de la voiture, il y avait des « Oooh ! » ; il y avait des « Aaaah ! » . Nous nous sommes arrêtés pour le plaisir des yeux. Puis j’ai repris le chemin du travail.

 

 

En plus, il fait vraiment un temps splendide !

 

1 commentaire

Classé dans Four Seasons