Archives de Tag: trad

Times

houji33-otera.jpg

Je me suis mis à l’écart, les laissant quelques instants seules toutes les deux. La mère et la fille attendant le bonze pour la cérémonie de houji, fixée a midi, juste après le recueillement devant le caveau familliale. Une cérémonie religieuse célébrant les trente-trois ans du décès du papa. Une cérémonie en petit comité, pas comme pour les « dix-sept ans du grand-pere » de Chiba qui avait été célébré l’an dernier à Sawara. Le prochain rendez-vous ? Au même endroit, pour les cinquantes ans puis, les cent ans.

hana1.jpg  hana-r3.jpg

hana-r2.jpg  hana-r4.jpg

Faut-il y voir un rapport ? Quelques jours auparavant, Teruko a définitivement passé le relais en laissant à Masashige, le petit sushi-ya qu’elle avait ouvert avec son mari, il y a un peu plus de trente ans. Un sushi-ya qu’elle aura finallement exploité seule. Jusqu’à présent, nous nous partagions la maison, sans trop nous voir. Qu’en va être t-il à présent ? 

hina-box1.jpg  hina-box.jpg

Les poupées qui tronaient sur une petite table dans la chambre de Lumika ont retrouvé leur boîte cet après-midi et ce, jusqu’à l’an prochain. Hina-matsuri, c’est déjà terminé.      

lastsushi.jpg

Ce soir là, j’aurai donc, mangé pour la dernière fois, des sushi apportés par Teruko.

Poster un commentaire

Classé dans Four Seasons

Mame-maki

 setsubun-oni2.jpg

 

C’était à prevoir ! Il n’y avait pas de houx devant la maison, et le iwashi-mentaiko, délicieusement grillé m’avait fait oublier le danger ; je n’en avais pas laissé pour ce matin. L’alerte fut donnée par Lumika :

 

« – Oni est dans une des chambres de l’étage ! »  

Avait-elle criée dans un cri d’effroi (enfin ! Je romance un peu, … C’est pour donner un peu de rythme a ce journal !!)  

En effet, Oni fut localisé à 09h23 dans notre chambre. Par chance, nous avions des réserves de graines de soja séchés, l’arme absolue contre ce genre de malin ! Nous prîmes alors tous deux une bonne poignée de ces graines (symbolisant la pureté vainqueur du mal) et nous réussirent, grâce à des tirs nourris (mame-maki) à bouter Oni hors de notre demeure, en le mitraillant jusqu’au seuil de la maison !    

 

setsubun-oni1.jpg  setsubun-oni3.jpg

« -Dis Lumika, au fait, tu n’as pas vu ta mère ? »

 

La nuit durant, il avait bien neigé, j’irais alors aidé mes voisins a déblayer l’épaisse couche de neige qui recouvrira la petite rue devant nos maisons.

neige-cleaning.jpg  neige-nettoy.jpg

8 Commentaires

Classé dans Four Seasons

Autour d’un plat : Buri-shabu (ou autre)

 

Ce soir, a la maison c’est poisson m’a t-on dit ! Tout comme la semaine dernière, lorsque nous avions rencontrés M. Nihonmatsu, le poissonnier du supermarché qui nous avait invité a profiter d’un Inada en promo (298 yen la pièce m’ssieurs-dames) faisant tout aussi bien l’affaire qu’un Buri, beaucoup plus cher. Ce qui nous fera donc, un excellent shabu-shabu de buri inada ce jour-là. Oui, quelle chance avons nous d’avoir parmi nos connaissances, ce poissonnier !

shop-sakana.jpg

Petite visite dans le dictionnaire electronique, B.U.R.I, ah ! c’est de la « seriole » et inada : jeune seriole !

cuisine-inadanabe.jpg  cuisine-burishabu.jpg

Ce soir c’est poisson, parce que demain c’est setsubun ! Et que pour l’occasion, Noriko veut en garder pour le petit déjeuner, … Du poisson.

« – Ah ?! »

 

Restait à répondre à la question cruciale, devant l’étal du rayon marée. Du poisson, oui mais lequel ?   

fish-pack1.jpg  fish-amadaipack30.jpg

fish-pack5.jpg  fish-mentaiiwashi.jpg

 

« – waa, et ce bulot familly-size ?! »


fish-pack6.jpg  fish-pack4.jpg

Finallement, on restera dans le classique : ika-battaa (seiche au beurre) et iwashi-mentaiko (sardines aux oeufs de morue pimentés)

  fish-repas.jpg

 

« – Et pourquoi, il serait bien qu’on garde du poisson pour setsubun ? »


 fish-iwashimentaiko.jpg  fish-setsubun0.jpg

« – Afin d’empecher l’esprit malin d’entrer dans la maison, on peut placer devant celle-ci, du houx -parce que ça pique- et du poisson, plus particulièrement de la sardine (la tête de la sardine) – parce que ça sent mauvais- ! »

On ne répondra cependant pas aux sirènes du marketing moderne (toujours au rayon poissons) et son setsubun-pack à 198 yen qui se compose de branches de houx, de poissons mi-secs et d’un masque de Oni.   

PLUS! Lien wikipedia sur setsubun.

Poster un commentaire

Classé dans Four Seasons, Societe de consommation

La ferme Nambata

On s’était promis d’y retourner. Pour y saluer Kerotan mais surtout pour visiter cette ferme-musée située au milieu des rizières sur la route de Oomiya. Non loin de la Bypass 254, sur le site même de l’ancien chateau de Nambata. Ancienne place forte du pays de Musashi, voisine de celle de Kawagoe. Dans le Japon féodal de Kamakura. Aujourd’hui, se dresse en ces lieux un ensemble de maisons, d’un temps pas si éloigné ( 1871 ) mais qui nous offre cependant un petit voyage dans le passé, loin très loin des mansion sécurisées Secom ou bien encore, loin des maisons individuelles Sekisui house,.


« – Mouais … Quand j’étais petite, toutes les maisons étaient comme ça a la campagne !« 

Nous dira Teruko ce matin après lui avoir rapporté notre découverte de la veille. Et aujourd’hui, elles ne le sont plus.

nambata-chizu.jpg

 nam-nambata.jpg

La ferme Nambata appartenait jadis à une riche famille terrienne. On y accédait par un porche qui était lui-même un batiment accueillant principalement le matériel agricole notament, les premiers engins mécaniques utilisés dans la riziculture. Dans l’immense « cuisine » (à droite sur le plan) au sol en terre battue, quelques bûches brulent lentement dans l‘irori. Une grande table et deux bancs y font faces. A peu près la même ambiance que je connus autrefois dans ces fermes bretonnes de mon enfance bien que si différentes au niveau architecturale. Ces ressemblances se retrouvent plutot dans le mode de vie qui semblaient régner ici autrefois et dans ce que j’ai connu par le passé. Je pourrais évoquer ce foyer et la bouilloire l’accompagnant constamment. Je l’ai ressenti tout de suite après avoir franchi cette entrée qui ne devait etre fermée que la nuit tombée ou lors de forte pluie. Une frontière presque invisible entre l’intérieur et l’extérieur propre au monde rural d’autrefois me semble t-il. Dans le même espace, on trouvera légèrement en retrait le kamado (fourneaux) et l’écurie ainsi que le bain ! Tout ce que ne pourrait supporter les tatami présents dans le reste de la demeure en fait. 

 

 

nam-porche.jpg nam-irori2.jpg

nam-irori1.jpg

 

Je découvris hechima, ce très gros concombre non-comestible qui une fois séché servait d’éponges pour le bain. Inutile de préciser que si cela était efficace pour éliminer les petits résidus de peau cela était plutôt désagréable au toucher.

nam-furoba.jpg nam-hechima.jpg

 

Les hôtes de marques devaient entrer par l’avancée (à l’extrême gauche sur la photo du batiment) et se déchauchaient comme on le fait actuellement dans le genkan (l’entrée) d’où on a un acces aux différentes chambres de la villa.

nam-ttmlumika.jpg

 

Une des chambres donnant sur un petit jardin d’agrément où l’on profitera des chauds rayons de soleil de cette belle journée d’hiver. C’est sûr, il s’agissait donc vraiment d’une riche famille qui avait possession des lieux. Un autre détail confortera Noriko dans son impression :

« – Non mais tu as vu les toilettes ?! »

 

nam-tatami1.jpg

nam-wc.jpg 


  nam-suri3.jpg

nam-suri1.jpg  nam-suri2.jpg

Plus! Le site accueille de nombreuses activités et autres matsuri. ce jour-là, quelques mamies avaient pris possession des lieux, dans un des bâtiments de la ferme. Elles y fabriquaient des zori ou chaussons d’intérieurs traditionnels à partir de cordes, de laines et de plastiques qu’elles recyclent de la sorte. Tout cela en fait un lieu vivant. De nombreux jeux d’extérieurs anciens, sont également mis à la disposition des enfants et des plus grands. Le site est géré et animé par la ville de Fujimi-shi et un petit musée d’histoire locale jouxte ces batiments anciens.  

Centre culturel de Nambata (ferme ancienne, parc et musée d’histoire locale) à Fujimi-shi (Saitama) gare Tôbu-Tôjô de Mizuhodai (depuis Tôkyô Ikebukuro) puis comptez 10 à 15 minutes de taxi  Ou bus depuis la gare de Shiki (même ligne) Entrée entièrement gratuite.

 

 

3 Commentaires

Classé dans CartePostale

Tokyoites – 6 –

Une rencontre furtive. Une banquette de train, une banquette de metro et les voyageurs qui y ont pris place pour un voyage a l’interieur de la Megalopole. Une petite plongee dans le vrai Japon de tous les jours en deux photos. Tokyoites.

Retour du temple (mercredi 02 janvier 2008)

japonais-banqtemp2.jpg

Pret pour une nouvelle annee. Retour du temple ou l’on y aura fait le plein de talismans et autres gri-gris porte-bonheurs. 

japonais-banqtemp1.jpg

 

9 Commentaires

Classé dans les gens, Tokyoites

deux-mille-huit

 GOOooooonnnnnNNNNNG !

Service minimum !  Un petit billet express au parfum de « bonne annee » en voeux tu en voila. Oui, tout pareil que l’an dernier.  Il faut bien ecrire deux mots sur l’occasion. Il s’agit d’un jnournal qui y raconte ce que peut etre le quotidien d’une vie nippone !  

ba-nezu.jpg

Bon, … Voila, nous sommes entres dans une nouvelle annee, qui porte le No 2008 ! Comme a chaque fois, la menuiserie voisine a installe devant ses ateliers, au bord de la grand-route, une fresque geante aux couleurs de la nouvelle annee ; annee du rat. Bonne Annee.

A lire egalement : Les sushi au shogatsu. O-sechi.

8 Commentaires

Classé dans Four Seasons

Washi à Ogawamachi

Alors donc, à Ogawamachi au Nord du département de Saitama il y a ; un toboggan géant, certes mais il y a également (surtout !) la tradition de la fabrication du papier japonais, le washi.

Afin de faire connaitre cette spécialité que partage Ogawamachi avec quelques autres villes japonaises, un « craft center » réunissant, musée et atelier de fabrication à été créé, à la périphérie de la cité. Ce qui permet de donner un peu d’intérêt à ce terminus rural de la ligne de chemin de fer Tôbu Tôjô mais surtout de conserver sur place, un artisanant séculaire précieux.

Il s’agissait là de notre sortie du samedi. C’est tout de même mieux que de passer la journée dans les grands magasins !

washi-washi.jpg

Ogawamachi était un centre important de fabrication du papier dans ce Japon d’autrefois, grâce notament à sa proximité avec Tokyô. Aujourd’hui, il ne doit plus rester beaucoup d’ateliers comme celui que nous avons visité. Certes, on remarquera aisément ce petit côté « musée vivant » pour retraités de sorties en autocar, cependant, l’atelier que nous avons visité à l’intérieur de ce « craft center » à tout de même une activité économique réelle, liée à la production du papier. Cela, surtout en ce moment à l’approche de la nouvelle année ou des millions de Japonais s’activent déjà, à la réalisation de leurs cartes de voeux. De nombreux artistes également, sollicitent l’atelier pour des commandes spéciales et profiter ainsi de ce support noble que peut apporter le washi, pour leur création.

 

 washi-ojimosaic.jpg

Les enfants, les plus grands aussi, peuvent à leur tour, tenter la fabrication (phase finale) puis surtout la décoration du washi. Ce samedi, on y viendra réaliser quelques cartes de voeux originales. Fleurs, feuilles, bouts de ficelles ou de tissus, chacun y vient piocher sur la petite étagère dédiée …

washi-mosaiclumi.jpg

… Que l’on déposera sur le papier encore mouillé.

«  – Non, Lumika, il ne faut pas trop charger, après ou est-ce que tu écriras tes voeux ? »

 

Et voila, le travail. Apres séchage, l’atelier nous enverra nos cartes par la poste.

washi-etvoila.jpg

Plus !  La fabrication du washi, site en anglais.

Plus ! Les ateliers du coin qui accueillent le public (sur le site du JNTO) Nous y avons été en voiture, il est cependant possible de s’y rendre en trains et bus :

Ogawa Washi
Saitama Dento Kogei Kaikan
Address : 1220 Ogawa, Oaza, Ogawamachi, Hiki-gun
Tel : 0493-72-1220
Hours : 9:30 am – 4:30 pm
Closed : Mon., the day following a national holiday & Dec. 29 – Jan. 3
Access : JR Hachiko Line or Tobu Tojo Line to Ogawamachi Sta. From there, take a bus for Park Hill and get off at Dento Kogei Kaikan-mae Bus Stop.
Workshop : ¥210 & up. An entrance fee ¥300 is required.
Reservation : Required (in Japanese).

Kubo Seishi Co.
Address : 1116 Ogawa, Oaza Ogawamachi, Hiki-gun
Tel : 0493-72-0436
Hours : 9 am – 5 pm (except 12 noon – 1 pm)
Closed : Mon.
Access : JR Hachiko Line or Tobu Tojo Line to Ogawamachi Sta. From there, take a bus for Park Hill and get off at Dento Kogei Kaikan-mae Bus Stop.
Workshop : ¥1,250 (¥250 x 5 sheets) & up. An entrance fee is free.
Reservation : Required (in Japanese).

Higashi Chichibu-mura Washi-no-Sato (Washi Center)
Address : 441 Mido, Higashi Chichibu-mura, Chichibu-gun
Tel : 0493-82-1468
Hours : 9 am – 5 pm
Closed : Mon. (When Mon. falls on a national holiday, Mon. is open and closed on the following Tue.)
Access : Tobu Tojo Line to Ogawamachi Sta. From there, take a bus for Shiroishi-shako to Gakko-iriguchi Bus Stop.
Workshop : ¥840 & up. An entrance fee is free.
Reservation : Required (in Japanese)

15 Commentaires

Classé dans CartePostale