Archives de Tag: sashimi

Demi-gros  

 

 » – Oui-oui ; voila-voila ! »


Cela avait sonné à la porte et sans attendre la fin du carillon, qui chez nous est un peu trop longuet (à mon gout) cela s’était écrié que c’était, takkyubin. J’avais alors signalé ma presence « oui-oui, voila-voila » de facon à ce que le livreur de colis ne se fasse pas la malle avec mon paquet, qui en fait ne m’était pas adressé mais c’est pas super important. 

Depuis Miyagi, une vieille tante nous avait envoyé par camion refrigeré des sanma tous frais ! 

 

« – Waaa sanma ! Waaa il y en a trente ! « 

 

Qu’il était ecrit sur la boite en polystyrene ! Que nous nous étions écriés dans un moment de pure joie collective.

 

« – Roban, ce soir c’est sashimi. »

 

 

Alors oui, ce soir-là, c’était donc sashimi de sanma, le soir d’après c’était sanma kombujime puis vint, sanma grillé accompagné de son radis noir rapé et à la sauce soja façon belle-mère, puis enfin … enfin bref, quatre jours suivant l’arrivée du colis de Miyagi par camion refrigéré, nous vinrent à bout de ce carton en polystyrène avec sanma au miso ! Ce poisson est délicieux et même si l’on est ravi de passer enfin a autre chose, cela n’a finallement pas été si difficile. Bien plus facile que ce que l’on connu cet été, avec ces fines nouilles de blé dur que l’on mange froides et que l’on trempe dans une préparation à base de shôyu, d’essence de poissons -le dashi- et de sucre :

 

« – Ah ! Alors aujourd’hui comme hier, c’est somen ?! »

 

   

 

Oui ! Comme « hier » et tout comme l’avant veille puis les jours à venir aussi, on en aura donc mangé du somen cet été.  Certes, il s’agit d’un plat ideal à la chaude saison mais tout de même, des plats de l’été, il y en a quelques autres. Une voisine qui était revenue de je ne sais où de voyage, nous avait fait livrer par takkyubin, un petit O-miyage … Un carton rempli jusqu’a la gueule de paquet de somen, specialité locale de sa villégiature estivale.

 

 » Oh des paquets de somen ! Ooh, il y en a une bonne trentaine ! »

 

4 Commentaires

Classé dans Autour d'un plat

Autour d’un plat : Suki-yaki

cuisine-sukiyakiga.jpg 

O-Shogatsu se termine. Cette annee, je n’aurais donc pas ete offrir mes services au sushi-ya, comme je le faisais jusqu’alors. J’ai profite en fait des deux petits jours de conges dont j’ai beneficie pour … « Ah qu’il est bon de ne rien faire »  mais alors, rien du tout et cela m’a fait du bien. Si ce n’est, travailler un peu sur l’ordinateur, ecrire quelques cartes de voeux afin d’entretenir ses relations, ou d’effectuer quelques petites courses  … Et puis voila.

Durant ces deux petits jours de repos, je suis passe tout de meme le soir au restaurant pour y recuperer Noriko ( qui y travaillait ) et Lumika ( qui y jouait avec les enfants de Masashige, l’Itamae ). La, j’en profitais pour prendre une petite biere avec tout le monde que l’on accompagnait de quelques morceaux de thon gras en sashimi. Des morceaux, des « chutes » qui n’auraient pu etre utilises pour confectionner des sushi pour les clients car trop petits ou d’aspects « non-conformes ». Le soleil s’etant couche depuis quelques heures deja,  il fasait plutot froid dehors. A l’interieur, seul, le petit poele a petrole ne suffisait pas a rechauffer le visiteur que j’etais, occupe a contempler tout ce petit monde s’activant autour des dernieres taches de la maison. Une odeur forte de riz vinaigre et de poissons planait en ce lieu, temoin olfactif d’une intense et inhabituelle activite dans ce petit restaurant de quartier.

« – Oui, mais autrefois, on etait deux fois plus nombreux a s’activer autour des commandes des clients. Le telephone n’arretait pas de sonner ! Jusqu’a la bulle en fait !

Expliquait Teruko, aujourd’hui il faut cohabiter avec les sushi en pack des rayons des supermarches voisins et surtout avec les kaiten-zushi, ces restaurants ou les sushi a environs 100 yen les deux pieces y defilent devant le client.

Les enfants descendaient de l’etage superieur y abandonnant leurs jeux pour se joindre aux adultes qui s’appretaient a trinquer. AsahiSapporo ou Kirin, chacun y avait rempli son verre de sa biere preferee.

  » -Ce soir on mange tous ensemble ici »

Avait lance Teruko. La porte du restaurant etait ferme, on avait installe sur le comptoir de quoi faire un magnifique suki-yaki !  

cuisine-sukiyplat.jpg cuisine-sukiytamag.jpg

 Des legumes (shiitake, chou chinois, feuilles de chrysantemes) du tofu et de fines tranches de viandes qui cuisent dans un bouillon a base de sauce soja, de sucre, de mirin et de sake.  Le tout que l’on trempera dans du jaune d’oeuf.

cuisine-sukiyaki.jpg

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Autour d'un plat

Super gras

cuisine-saumongras.jpg

Peche au large de Hokkaido, c’est d’un magnifique saumon sauvage dont sont extraits ces quelques sashimi. Attention, … Non non non non ! Pas n’importe quel saumon sauvage ! Encore plus rare puisqu’il s’agit d’un saumon sauvage super gras ! Qu’on en trouve un sur dix mille de cette qualite ! Que L’on me dit ! (Ah ?)

 « – Roban c’est la premiere fois que tu manges un saumon de cette qualite »

En tout cas, c’est le cadeau d’un client du restaurant de Teruko qui a debourse 60 000 yen pour la bete. C’est vrai qu’il etait bon ce saumon rare et super gras.

Poster un commentaire

Classé dans Autour d'un plat