Archives de Tag: Ikebukuro

Ikebukuro Hooo-Haaa !

Un instant s’il vous plaît + sonore = Son et lumiere





 

 » C’est bientôt fini, ce bordel ! « 

 

>> Yosakoi à Ikebukuro, sortie Nord, dimanche 12 octobre en début d’après-midi.

Ohwaaa- Hoooo ! Les couleurs vives des costumes des participants de ce Yosakoi matsuri restent dans le ton de ce qui fait la renommée du quartier, tout du moins de cette fameuse sortie Nord de la gare :  Des soap-land , des clubs et des bars à putes et leurs enseignes (sur-)lumineuses. Accueillant l’espace d’une demi-journée une population bien différente de ce que l’on a l’habitude de croiser dans le coin. Hooo-AAHh ! Une parade ou chaque « école » présente sa chorégraphie guerrière au son des « Hooo-Waaao » poussés par le coach derrière son micro tel un chef-d’orchestre … 

 

HAaaa ! Ohwaaaa ! :

 

   

  

 

 


2 Commentaires

Classé dans un instant-ané- s'il vous plaît

Ikebukuro Big box

beatsick3.jpg

Ikebukuro-sortie Est. Mardi 18 mars 2008, 20h30. Pour un peu ce petit moment Acid-Jazz me transporterait presque sur un trottoir d’une grande avenue New-Yorkaise.

Kaz – c’est son nom – fait du Beatbox, de la musique avec sa bouche et en l’occurrence de la trompette pres de la sortie Est de la grande gare d’Ikebukuro. Cela, afin de payer son voyage a Londres et participer a une convention reunissant des gens qui font tout comme lui, de la trompette ou autres avec leur bouche !

Par ici, la musique.(a Ikebukuro) ou sur le site de leur collectif « Beatsick« 

beatboxmosaic.jpg

En plus, tu sais quoi ? Moi aussi je sais faire la trompette avec ma bouche !

Dans le meme registre : Shamisen free style a Yurakucho

Poster un commentaire

Classé dans un instant-ané- s'il vous plaît

Le tsuukin kyukou de 08h09

tobu-plf.jpg

Il y avait tout de même beaucoup de monde pour le vernissage de cette petite expo de peintures du côté d’Ikebukuro. Une quinzaine de toiles exposées de jeunes artistes. La salle n’étant pas bien grande, je préférais sortir du lieu d’exposition avec mon assiette anglaise et mon verre de Bordeaux plutôt que de risquer le coup de coude malencontreux qui aurait, c’est sur provoquer une catastrophe. D’autres m’avaient précédé, dont l’un des organisateurs de l’évennement et quelques-unes de ses connaissances qui prenaient le frais sur le trottoir.

« – Nous prenons le train à la même gare, n’est-ce pas ?« 

J’avais bien remarqué qu’il m’avait dévisagé quelques secondes avant de m’adresser la parole. Sans doute m’avait-il déjà repéré dans la salle d’exposition  Aussi, était-il préférable d’engager ce genre de discussions – qui n’ont rien à voir avec les toiles exposées – à l’exterieur. Je m’attendais plutôt de sa part a des classiques : « Vous venez de quel pays ? Vous connaissez un artiste qui expose ? ou encore pourquoi pas a un ; « Vous aimez l’art contemporain ? » Ce monsieur me connaissait, nous étions presque voisins. Il poursuiva en m’expliquant qu’il m’avait très souvent vu dans le train Commuter Express, le matin, dans la voiture de tête. Lui aussi emprunte ce train chaque jour depuis la même gare que moi. Cela fait un moment qu’il ne m’y voit plus.

« –  Amusant ! Cela fait bien … Oh oui, plus d’un an et demi que je n’emprunte plus ce train !

Sans entrer dans les details, je lui expliquai que j’avais changé de travail et donc, d’horaires de travail. Que c’était bien pratique cet express de 08h09. Bien que légèrement plus bondé, il zappait quelques gare qui réduisait le temps de trajet jusqu’a Ikebukuro. Il alla chercher une bouteille de Bordeaux qu’il avait mis de côté dans son bureau et nous nous la partageâmes avec ses amis, devant la vitrine de la galerie d’art contemporain, tout en discutant de … trains !

Poster un commentaire

Classé dans les gens

Drivers

♪ C’est moi le contrôleur, c’est toi le machiniste / C’est toi le gros, et moi le petit / C’est moi le contrôleur, c’est toi le machiniste / Et nous sommes de bons collègues …♪

train-leth.jpg

10 ans ? 15 ans ? … Ou peut-être même 20 ans que ce machiniste est aux commandes de trains omnibus, semi-express ou encore express de la ligne Tôbu Tôjô. Qui dessert une partie du département de Saitama à Tôkyô ( Ikebukuro ). « Tôjô » car initialement, cette ligne devait rallier Gunma-ken à Tôkyô. De TOkyo à JOshu. Elle ne sera jamais prolongée au-delà de Saitama. Une partie de cette ligne ne dessert que l’arrondissement tokyoite de Itabashi (Quais 3 et 4, ) une autre partie (opérée par les semi-express et les express, quais 1 et 2) permettent à des milliers d’employés de rejoindre leur lieu de travail depuis KawagoeOgawamachi ou encore Yorii.

Ce jour-là, il n’était pas seul dans sa cabine, un « petit chef » y avait pris place, qu’il déposera plus tard, à une gare intermédiaire. On remarque aisément les machinistes (ou les shashô situés à l’arrière) qui ont de la bouteille ; on le remarque à leur facon de pointer du doigt la signalisation ferroviaire, tels que, les feux ou encore les signaux lumineux précédant les passages à niveau, qui informe de la bonne fermeture de ceux-ci. Leurs gestes sont brefs et expédiés et semblent exprimés un « debarras », comme blasés de ces répétitions excessives qui ponctuent la voie jusqu’au  terminus. Il en est toujours tres différent chez les jeunes recrues qui effectuent ces gestes de sécurité avec convictions, précisions et … Fieretés !

Le machiniste ne semble pas se soucier du grade de son hôte dans sa cabine et fait à peine attention aux feux et aux signaux, le strict minimum. Son corps se balance exagérément, de gauche à droite sur son fauteuil en suivant les mouvements du train. Il se tourne régulièrement vers son « invité » et bavarde.  De temps en temps, on entendra son rire fort qui réussit à couvrir le bruit des rails ou du vent qui siffle dus à une mauvaise isolation du matériel qui accuse le poids de l’âge. Peut-être, le même age que nos acteurs du jour. Le contrôleur, quant à lui, ne rit pas, ne bavarde pas. Quelques brèves réponses à son collegues par-ci, par-là, le strict minimum ! Bien que visiblement à peu pres de la même génération, celui-ci s’applique dans l’exécution de ces gestes de sécurité en fixant sans relache la voie. Sa position hierarchique lui incombe certainement d’être irréprochable dans ce domaine.

Il finira par déposer son contrôleur à la gare intermédiaire. Il se retrouvera à nouveau seul dans sa cabine. Il n’aura plus personne pour l’écouter. Jusqu’à la cafet’ du terminus …

 traintobu-tsuruse.jpg traintobu-tsuruse2.jpg

 traintobu-kimono.jpg traintobu-ekichef.jpg

traintobu-worldsquare.jpg

5 Commentaires

Classé dans Densha de go !, les gens

Pouvaient pas attendre

C‘est un vendredi soir comme les autres, dans le train semi express a destination de Shinrin-Koen, qui partira de la voie 2 a 23h48. Un vendredi soir comme les autres, ou presque.

Celui-ci ne cesse de se remplir. Certains preferant attendre sur le quai, le prochain train qui  partira lui, dans une quinzaine de minutes. C’est sur, eux, ils devraient avoir une place assise.

tobukeitai.jpeg  tobuurusai.jpg

Le train va partir,  avant la fermeture imminente des portes les retardataires accourrent et entrent in extremis dans la voiture deja surchargee. Petit tour d’horizon de mes compagnons de voyage – un voyage qui durera une trentaine de minutes – compresse : L’ecrasante majorite des voyageurs qui ont prit place sur les deux banquettes laterales surchauffees dorment. De nombreux autres, debouts quant a eux, font de meme. Ceci etant possible grace a ces  solides poignees qui leur permettra de s’agripper. Ainsi, tout le long du voyage, ils se balanceront de gauche a droite, en suivant le rythme du train semi express qui a quitte la gare d‘Ikebukuro a 23h48, de la voie 2. Quant aux rares a etre encore eveilles, la plupart ont leur nez dans leur portable ou dans leur console de jeux (elle aussi portable) A y lire des mails, a jouer ou a la recherche d’un petit ensemble super classieux pour le mariage de machine, le week-end prochain.  

Je n’avais alors pas remarque le couple qui se tenait a ma gauche. Tous deux, la cinquantaine passee. Lui, costume, cravatte et attache-case – soit la panoplie du parfait salary-man japonais. Il est plutot grand alors que, elle est vraiment de petite taille. C’est la jeune fille, face a moi mais assise sur la banquette qui me permit de les remarquer. Elle avait arette son regard dans leur direction puis avait subitement cesse le masticotage de son chewing-gum. Elle avait ouvert grand ses yeux, puis sa bouche fit de meme. Son visage exprimait un choc !

Ils etaient serres l’un contre l’autre, Monsieur, fermait les yeux et de temps en temps, plissait le front ou se mordait les levres. Madame, quant a elle, avait sa tete logee dans son torse, elle l’a relevait regulierement pour regarder monsieur. Elle etait en nage, et lui adressait quelques petits sourires complices. Le train etant semi-express, douze minutes nous separaient de notre gare de depart a celle de notre premier arret. C’est certainnement du au passage du train sur un aiguillage -ce qui le fit tanguer brusquement – que je compris reellement ce qui choquait la demoiselle assise sur la banquette laterale surchauffee et que je pouvais voir.  Ainsi, dans ce brusque tangage collectif, madame se desolidarisa un tres bref instant de monsieur. Je remarquai alors, que l’engin de monsieur etait a l’air ! Elle se recolla rapidement contre lui. Le train avait prit son rythme de croisiere, le couple aussi, madame se mit alors a pousser quelques soupirs de plaisirs tout en « tordant » son corps de gauche a droite neanmoins a un rythme legerement different des mouvements du train.

Ils avaient « choisi » le train semi express de 23 heures 48, partant de la voie 2, pour se … masturber !

Le train est vraiment un excellent observatoire de la societe … Quoi que, je doute, la !

5 Commentaires

Classé dans les gens

Women only (2) Ikebukuro

Chaque matin, elle est la … Fidele au rendez-vous. Avec d’autres jeunes filles et garcons de son age, habilles aux couleurs de la compagnie de metro qui l’emploi « Tokyo Metro ». Comme chaque matin, elle veille a la bonne fermeture des porte que pourraient entraver ces milliers d’employes qui se ruent sur le quai. Les portes fermees, alors tout comme ses collegues, elle fera de grands gestes, pointera du doigt les portes, puis les ecrans de controles … Mission accomplie !

Et non ! Elle ne pousse pas les voyageurs !

stationlady-ikebuk25.jpeg stationlady-ikebuk.jpeg

Station Ikebukuro (M25) -Marunouchi line- 16 nov.2006 – am9.07

2 Commentaires

Classé dans les gens