Archives de Tag: Gunma

Une journée à Minakami

 

Une nouvelle escapade. Une nouvelle carte postale. Un petit voyage à Gunma cette fois-ci. Le département situé juste « au-dessus » de Saitama à deux heures de route – oui, tout de même – par l’autoroute kan-etsu

Nous y avons à nouveau respiré le grand air, avec la petite cette fois-ci.

 

image2180

 

On y a aussi ; regardé le bleu du ciel et les feuilles des arbres qui patientent encore un peu avant de rougir leur belle couleur d’automne, écarlates, 

couru dans les prés verts avec les Ingals en se tenant tous par la main – ben ouais – 

jusqu’à ces champs aux pieds des monts où nous avons, nagé autour de pommes en suspensions,  

et puis, nous nous sommes arrêtés quelques instants, dans une baraque discrète pour y regarder la lune dans un bol de udon, parce que ca réchauffe. 

 

image2178

Et puis, et puis, sur la route du retour, il y avait DJ Taro dans l’autoradio …

… Qui nous accompagnera jusqu’au péage de la kan-etsu. 

image2182

 

image2181

 

image2183

Udon Tsukimi, 350 yen

image2185

 » – On achete des pommes non ? Ca vous dit des pommes ? »

 

Denki Groove  » Shangri-la »

En fait, il n’y a que sur la route que je peux écouter ce genre de truc …

1 commentaire

Classé dans CartePostale

Un été à Kusatsu-onsen

J’étais parti, parti en vacances, une journée. Dans le département voisin un peu plus au Nord. A Gunma et pas très très loin de Ikaho ! Par le passé, il nous était arrivés de prendre la voiture, le dimanche midi avec pour seule motivation, de se retrouver dans un petit port de Normandie autour d’un plateau de fruit de mer. Dans un restaurant au cadre un peu vieillot mais dont le Musacadet s’accorderait à merveille avec l’ambiance du lieu … Avec la mayonnaise et le pain de seigle également.

Nous avons fait de meme, ce jour-là. Sauf que le but de notre expédition éclair fut de se baigner dans ces eaux réputées à travers tout le Japon. Des eaux qui soignent de tout ou presque. Un été à Kusatsu-onsen, carte postale :   

Après l’autoroute, après la montagne, ses cols et ses lacets, ces quelques arrets-minutes dans ces rest-houses (a Gunma aussi, tout comme Saitama, soba-udon est la principale spécialité culinaire) Kusatsu c’est aussi une petite station de sports d’hiver, donc avant le bain, et pour faire plaisir à la petite on se fatiguera sur une heure de location de luge à roulettes, avec remontée mécanique illimitée !

Enfin le bain, que l’on aperçoit après quelques minutes de marche à travers un petit sentier boisé. Un des plus grand rotenburo du Japon, en pleine nature. Le spectacle doit être magnifique en automne ou mieux, en hiver sur ce flanc de montagne recouvert de blanc. Le spectacle est aussi pour ces demoiselles qui peuvent observer l’anatomie des baigneurs, malgré la palissade qui ne cache pas grand chose. Le contraire étant impossible, le bain des femmes etant quant à lui mieux protégé.  Si pour cause des congés d’Obon la route jusqu’à Kusatsu-onsen était plutot chargée, si le centre-ville que l’on parcourera un peu plus tard à pieds l’était également, le rotenburo de Sainokawara ne bénéficie pas du même succes et c’est tant mieux ! Quelques petits vieux et quelques jeunes, visiblement les familles préferent le confort des bains de Kusatsu des hotels.      

On poursuivera la promenade, toujours en empruntant ce petit sentier boisé qui offre quelques « attractions » rythmant le parcours. Ici, une source d’eau chaude qui à la particularité de bouillonner seulement à l’abri des regards des visiteurs et qui se fait « discrète » le reste du temps. La un jinja qui propose des sels minéraux qui ont la propriété de rendre heureux, il suffit simplement d’introduire 200 yen dans le tron prévu à cet effet. Finallement le Japon, c’est vrai, c’est pas cher ! Et puis, tous ces petits plans aménagés le long de la Yukawa permettant de relaxant bains de pieds grâce à ces sources d’eaux très chaudes tempérées par celle de la rivière.

Au bout de ce sentier,  nous suivront ces touristes vêtus du yukata de leur hotel qui flanent en lechant les vitrines des boutiques de souvenirs et d’artisanats locaux. Pas de doute, en empruntant nous aussi ce chemin, nous atteindrons le centre-ville touristique de notre séjour. De toute façon cela ne pouvait être l’autre rue, tout aussi étroite ou un vieux panneau ayant subit les attaques du temps et des saisons indiquait « Tokyo« . Ce « spot » me plongeait dans un autre univers faisant appel à des références propre à ma culture. A cet endroit, j’y voyais les premières cartes « Michelin », des stations-services « Antar », des panneaux d’indications en ciment, des Simca 1100 … Et puis ce petit restaurant de fruits de mer un peu vieillot qui donnait directement sur ce port Normand dont le Muscadet bien frais allait avec tout.

Dans ce centre-ville qui a vu défiler des générations et des générations de Japonais en Yukata, ca mitraille, le signe « peace » en sus, parce que c’est la règle, devant la cascade du Yûbatake, ou le champ d’eau chaude qui est l’attraction N°1 de la ville. Un petit écriteau nous apprendera que Kusatsu onsen fait partie d’un ensemble de lieux touristiques sélectionnés pour leur odeur particulière. Il y en a ainsi à travers tout le Japon, je ne connais pas ces autres lieux. Ici, ca sent assez fortement le souffre.

Un dernier brin de causette, un dernier bain de pieds, oui-oui c’est plutot chaud !

Un dernier regard sur ce champ d’eau chaude. Système ingenieux permettant le refroissiment de l’eau sans ajout d’eau de rivière, que les hotels puiseront pour nourrir leurs bains.

 

Tolérance zéro quant à l’alcool au volant, j’aurais pourtant tant aimé m’avaler une bière bien fraîche avant de prendre la route, avec quelques brochettes dans cet izakaya qui semble faire partie du patrimoine local. Au pied de la cascade, les yakitori de cet autre petit magasin sont délicieux, plutôt étonnant dans un tel endroit, envahit par les « obonistes ». Comme cette brochette de langue de boeuf savoureusement grillée comme il le faut.  Un peu plus loin, il y a la queue pour manger un onsen-tamago, un oeuf mollet mais cuit à l’eau chaude de Kusatsu. 120 yen.  

On peut à présent commencer a penser au retour. Il nous faut retrouver la voiture. On rentrera par la route 145 puis 353 et enfin 17 jusqu’a Shibukawa d’où on prendra l’autoroute en direction de Tokyo. La prochaine fois, on y passera une nuit. En périphérie, un vieil hotel affiche des tarifs hors du commun : la nuit à 3000 yen… 

5 Commentaires

Classé dans CartePostale

carnivore

J’avais vu ce reportage effrayant a la television japonaise. C’etait en novembre de l’annee passee, me semble t-il. On y parlait d’un truc qui ne pouvait laisser les Japonais indifferents. On y parlait d’un truc qui autrefois, n’interessait presque qu’eux. C’est sur ca devrait faire un carton coco en terme d’audience !

De New-York a Los Angeles, De Paris a Moscou et puis tout recemment de Shangai a Sao Paulo en passant par New Delhi, la cuisine japonaise rimant avec sushi et sashimi ; rimant surtout avec saine et raffinee, elle fait un carton sur la planete. Mais voila que l’on s’inquiete serieusement du devenir de ce poisson oceanique qu’est le thon. Dans 13 ans, il risque de ne plus avoir de thon  sur la planete avait lance un scientifique devant les cameras de la television, cameras en mode gros plan, lumieres basses, ton grave …  

Alors que faire a notre echelle ? Se gaver de thon gras et gouteux jusqu’a ce qu’il y n’en ai plus afin d’imprimer a jamais dans notre memoire la saveur de ce poisson ? Ce qui d’ailleurs, nous permettrait de raconter le plus fidelement aux generations futures ce qu’ils ont rate parce que nees trop tard ! Ou bien, ou bien, …  

cuisine-gyusashi.jpg

… Un bon morceaux de bidoche bien tendre ! Celle-ci venait de la region rurale de Gunma. A une centaine de kilometres seulement ( CO2 reduit ) de chez moi. Gouteux et savoureux, je m’en suis recoupe quelques tranches de gyu-sashi ou, sashimi de boeuf. Ca va si bien avec la biere !

« -burp ! »

8 Commentaires

Classé dans Autour d'un plat

Momiji a Ikaho-onsen

 

” -Mais bien sur que oui ! Tu peux les mettre tes baskets roses !!”


gunma1-road.jpg

Le gaz est coupé, l’appareil photo est dans le sac tout comme le guide touristique emprunté à la bibliothèque municipale, le laitier a été prevenu afin qu’il ne livre pas le lait demain matin,  … Après l’école de Lumika, on file tous a Ikaho-onsen, yeah ! Carte postale :

Chers tous,

qu’elle était belle la route de ce départ. Peu encombrée ; un peu plus d’une vingtaine de degrés celcius en cette fin d’après-midi qui nous offre le spectacle d’un ciel doré tombant sur ces montagnes que l’on aperçoit au loin et que nous rejoindrons dans une heure et demie à peu pres.

 gunma1-momiji1.jpg

Une nuit (presque 2 jours) au Chigirajinsen-tei, plus communément appele Chigira-ryokan à Ikaho-onsen sis dans la ville de Chibukawa, dans le département de Gunma au nord de Saitama … Voilà qui en est fait des présentations. De vrais “vacances” à la japonaise, tant dans la durée du sejour que dans le but du voyage : Ryokan, onsen, gastronomie et momiji ou, ne rien faire d’autre que de regarder avec admiration les feuilles d’arbres rougies par la saison.

gunma1-chigiraryokan.jpg

Nous poserons donc notre valise dans ce vieux ryokan début 1900. Cette auberge a récemment accueilli la Princesse Masako et de nombreux clichés attestant cette visite historique impériale decore le « front » de l’auberge avec fiereté. Surtout, ce sont de nombreux écrivains qui  ont trouvé l’inspiration en ces lieux. Très certainnement grâce à ;

« – Les eaux des bains du coin sont efficaces contre le stress, c’est reconnu ! »

Comme me le rappellera Noriko. Je veux bien la croire, vu comment elle est en forme depuis que nous sommes rentrés. Le ryokan est situé sur un des flancs de la montagne, d’ailleurs c’est tout Ikaho qui s’est installé de cette facon.  La rue principale est en fait un long escalier sous lequel coule un petit torrent d’eau chaude en provenance de la montagne et qui « nourrit » les onsen de la ville. Je crois bien que le tourisme qui y en … découle, est l’unique poumon économique de l’endroit.

 gunma1-yamaview.jpg

Sukiyaki, sashimi, tempura et son sel au macha, sushi de konyaku, carrelet facon teriyaki, dubinmushi, … le repas de saison qui nous est servi dans la chambre est parfaitement en harmonie avec l’ambiance du lieu. Pas trop tape-à-l’oeil et de qualité.

gunma1-gohanvw1.jpg

gunma1-kaisekimosaic.jpg

Nous sommes en semaine, ainsi l’hotel est pratiquement vide. Seuls quelques retraités y sejournent. C’est sur, ça relaxe … Avec l’eau du bain egalement !

 

gunma1-furo.jpg gunma1-chigiraonsen.jpg

Plus ! Il y a un service de bus au depart de Shinjulu pour Ikaho-onsen qui propose un aller/retour a 2500 yen. La chambre quant a elle, avec le repas du  soir (hors boissons) et un copieux petit dejeuner japonais est a 13 000 yen par personne (30 000 yen pour les chambres avec rotenburo -bain exterieur-sur le balcon.

5 Commentaires

Classé dans CartePostale, Four Seasons