Archives de Tag: commerce et distribution

Du bruit en promo

Un instant sonore à Shinjuku, fin octobre, sortie Est. 

 

Peu importe ce qui sort du megaphone, l’important c’est de faire du bruit ; d’annoncer des trucs aux passants, n’importe quel truc, tant que le discours est rapide et ce même si celui-ci est inaudible. Aucune importance !

Brandir des pancartes ; n’importe quelle pancarte tant que celle-ci soit colorée ; créer l’impression que l’on propose une offre exceptionnelle, une offre qui ne se renouvellera pas en tenant cette pancarte avec détermination. 


Accrocher ce flux discontinue de badauds et n’y voir qu’un long cortège de porte-feuilles prêt à cracher les yens qu’ils renferment. Aujourd’hui il fait beau, c’est un jour top pour le business alors on met le paquet s’il-vous-plaît … 

 

  

1 commentaire

Classé dans Societe de consommation, Un instant sonore

Alimentation générale

 

La colonne Leclerc au rayon fruits et légumes !

Faire ses courses chez Leclerc ? Non pas ici ! Mais que pouvaient-ils bien contenir ces cartons qui attendaient au rayon fruits et légumes du petit supemarché de la gare ce matin, reprenant le nom du héros de la libération ?? 

 

 

3 Commentaires

Classé dans un instant-ané- s'il vous plaît

autour d’un plat : Cheese fondue

Ce jour-la, c’etait repos. Les premieres chaleurs ont reellement fait leurs apparitions. Des envies de cuisines estivales. Brochettes d’agneau et Cotes de Provence rose ? Salade de Feta et huile d’olive ? Mozzarella et tomates ?  Non, Noriko a envie de Taboule. Petite sequence nostalgie, on ira passer la matinee chez Carrefour, du moins ce qu’il en reste. Depuis le rachat en 2004 (?) de ses 8 points de vente Japonais par le gourmand groupe local Aeon, on y trouve encore l’enseigne, l’agencement, l’ambiance et surtout de l’eau minerale Carrefour, du gros sel de Guerande « reflet de France » ou encore du couscous a la marque « 1 ». Le couscous le moins cher de la region me semble t-il.  On etait parti pour faire un taboule, ce soir ce sera cependant une fondue suisse ou cheese fondue comme cela se dit par-ici.   

Le set a fondue et ses accessoires au prix incroyable de 1600 yen, c’etait chez Carrefour ces temps-ci. Dans deux jours il fera plus de trente degres, couple a un taux d’humidite exceptionnel. Voici encore un truc qui ne sortira plus de son rangement pendant plusieurs mois et qu’on oubliera peut-etre meme jusqu’a son existence, la saison froide venue ! Je crois bien que Noriko souhaitait faire quelque chose d’un peu particulier ; c’etait aussi l’anniveraire de notre mariage.

Je flanerai dans les allees de ce grand supermarche que l’on appelle encore « supermarche de France » a la recherche de quelques sensations oubliees et de quelques produits qui font partie de ma culture. Oh ! Ici, l’odeur du poulet grille au rayon rotisserie. Ah ! Et la, les packs d’eau minerale.  Je ne trouverais pas ce vin de Savoie qui aurait ete parfait avec cette specialite fromagere. Il y manquera aussi ces gens poussant des chariots « family size » de courses pour la semaine, le prospectus de la semaine en main. Je m’arreterai quelques instants a observer ces deux quinquagenaires au rayon charcuterie libre-service, veritable professionnelles du tsumehodai ! Une promo dont raffolent les Japonais : Un produit en vente en libre-service a un prix unique par sachet plastique. Le but du jeu, etant de remplir le sac au maximum. ce jour-la, le sac de saucisses etait a 500 yen. Un peu plus loin une cliente tente de faire entrer une sixieme tomate dans son sac pret a exploser qui je l’espere, a prevu de faire du coulis de tomates. Cette meme scene, egalement avec les kiwi, les oranges et presque tous les produits frais du magasin. Je crois bien que le Carrefour de Sayama a fait de bonnes affaires ce jour-la.

 

Le soir venu, Lumika aura le droit apres le diner et parce qu’elle n’a pas trainer a faire ses devoirs ; d’ouvrir son Jumbo pack de Hanabi, pour quelques mini feux d’artifices devant la maison. Les premiers de la saison. Finallement on s’y mettra tous a jouer avec ses jets de lumieres. Restait plus qu’a digerer la fondue.   

 

6 Commentaires

Classé dans Autour d'un plat

Autour d’un plat : Buri-shabu (ou autre)

 

Ce soir, a la maison c’est poisson m’a t-on dit ! Tout comme la semaine dernière, lorsque nous avions rencontrés M. Nihonmatsu, le poissonnier du supermarché qui nous avait invité a profiter d’un Inada en promo (298 yen la pièce m’ssieurs-dames) faisant tout aussi bien l’affaire qu’un Buri, beaucoup plus cher. Ce qui nous fera donc, un excellent shabu-shabu de buri inada ce jour-là. Oui, quelle chance avons nous d’avoir parmi nos connaissances, ce poissonnier !

shop-sakana.jpg

Petite visite dans le dictionnaire electronique, B.U.R.I, ah ! c’est de la « seriole » et inada : jeune seriole !

cuisine-inadanabe.jpg  cuisine-burishabu.jpg

Ce soir c’est poisson, parce que demain c’est setsubun ! Et que pour l’occasion, Noriko veut en garder pour le petit déjeuner, … Du poisson.

« – Ah ?! »

 

Restait à répondre à la question cruciale, devant l’étal du rayon marée. Du poisson, oui mais lequel ?   

fish-pack1.jpg  fish-amadaipack30.jpg

fish-pack5.jpg  fish-mentaiiwashi.jpg

 

« – waa, et ce bulot familly-size ?! »


fish-pack6.jpg  fish-pack4.jpg

Finallement, on restera dans le classique : ika-battaa (seiche au beurre) et iwashi-mentaiko (sardines aux oeufs de morue pimentés)

  fish-repas.jpg

 

« – Et pourquoi, il serait bien qu’on garde du poisson pour setsubun ? »


 fish-iwashimentaiko.jpg  fish-setsubun0.jpg

« – Afin d’empecher l’esprit malin d’entrer dans la maison, on peut placer devant celle-ci, du houx -parce que ça pique- et du poisson, plus particulièrement de la sardine (la tête de la sardine) – parce que ça sent mauvais- ! »

On ne répondra cependant pas aux sirènes du marketing moderne (toujours au rayon poissons) et son setsubun-pack à 198 yen qui se compose de branches de houx, de poissons mi-secs et d’un masque de Oni.   

PLUS! Lien wikipedia sur setsubun.

Poster un commentaire

Classé dans Four Seasons, Societe de consommation

Magasin de couleurs

shop-kasaya.jpg

Parce que l’on ne pourrait avoir pour compagnon, un ciel constament bleu en hiver … Aujourd’hui, il fait gris et il pleut !

Plus! Magasin de parapluies a Sugamo (Tokyo, Toshima-ku) en 2007

 

meteo-pinku.jpg  hana-pvert.jpg

Poster un commentaire

Classé dans un instant-ané- s'il vous plaît

Coffee and cigarettes : Mr Donuts

coffandcigaret-misdo2.jpg

Notre cafe du jour, c’est dans cette franchise d’origine Nord-Americaine, Mister Donuts, qu’on va le prendre. Chez Misdo, comme on a coutume de l’appeler on y  trouve principalement des … Beignets bien sur. Mister Donuts est presque une institution au Japon ; present dans le pays depuis le debut des annees 80, tout le monde connait ainsi ses « custard cream donuts », ses  « french kurura », ses donuts au curry ou plus recemment ses « pon de almonde ou choco » etc. Chez Misdo, on sirote generalement un cafe americain (252 yen, tasse blanche) ou un cafe au lait (294 yen, tasse jaune) en y ecoutant la « radio maison » dont le DJ s’exprime uniquement en anglais.  Autrefois surtout frequente par les memeres du coin qui s’y donnait rendez-vous et qui y passait une  bonne partie de l’apres-midi, profitant du cafe servi a discretion, c’est actuellement surtout le repere des collegiennes et lyceennes. Elles s’y retrouvent apres leur leche-vitrines de l’apres-midi, apres une visite au game-center ou parfois souvent meme pour y faire leurs devoirs de classe le tout accompagnes d’un donuts et d’un the vert achete au distributeur voisin. Le repere aussi des jeunes mamans qui parfois ne s’y arretent que pour la vente a emporter. C’est certainement cette clientele qui aura inspire la renovation des points de vente que la marque a entreprit depuis peu. Mon cafe du jour, c’est dans un decor de cafet’ « AB prod » que je le prend.

VU A LA TV … Tiens ! Puisqu’on parle de donuts :

Apres la mode du cannele de Bordeaux puis du macaron, 2007 aura donc ete l’annee du donut dans ce pays et ce succes ont le doit a un nouvel acteur qui a fait son entree dans le tres croustillant business du beignet au Japon : L’americain Krispy Kreme ! C’est la filliale nippone du conglomerat correen Lotte qui a tout orchestre. Krispy Kreme, c’est jusqu’a trois heures de queues a Shinjuku ou jusqu’a deux heures a Yurakucho pour gouter ces donuts. Ces donuts qu’on voit si regulierement a la television, lors de programmes TV, de la pub a peine deguisee en reportages. Seulement deux points de vente ; cette rarete qui « les rend meilleurs » et qui poussent des milliers de tokyoites a faire ce deplacement oubliant qu’apres tout, ce sont les memes que ce que l’on pourrait trouver chez le Mister Donuts a deux pas !

La television au Japon … Ah quelle magnifique machines a vendre que peuvent etre les Asahi ou Fuji-terebiTBS  et consoeurs. Encore plus fort que le « temps de cerveau humain disponible a Coca-Cola » de TF1 puisque les grilles des programmes sont tres souvent realisees pour et par les marques. Beneficier de l’interet d’une chaine de television ou d’un magazine au Japon, on entre alors dans une autre dimension !

  shop-kkqueue2.jpg conso-krispyktruck2.jpg

La petite compagnie de yaki-donuts « Miel » (be happy, baked donuts) originaire de Osaka, profitera ainsi de l’engouement que connait actuellement ce produit a Tokyo. Une heure de queue a Ginza, pour de la pate a gaufre agrementee de morceaux de patate douce, de Kinako (poudre de soja) ou de the vert … Les equipes de television s’y succedent, forcement ce doit etre bon ! Pas habitue a un tel succes, le petit patron de la jeune compagnie doit faire face aux nombreuses ruptures de stock et cherche des locaux pour y implanter un atelier de fabrication automatisee, tout en s’inquietant de la perennite d’un tel engouement !

shop-mieldonuttzu.jpg

Un business qui donne le sourire chez « Miel ». Grace aux cameras de TV qui se succedent.

donuts-tv.jpg

.

Et chacun, a son echelle puisque meme le tofu-ya de Tokigawa-mura s’est lance comme d’autres dans le beignet au tofu !

conso-tofudonut.jpg

Chez Misdo, mon cafe et mon « pon de almondo » me donneront droit a une dizaine de points credites sur ma « Misdo club card ». J’ai rate l’agenda 2008 mais avec un peu de chance je pourrais peut etre avoir ce magnifique tapis de bain Mister Donuts !

Allez, pour finir, tous en coeur le refrain maison :

Hey, Mister, that’s a doughnut! Hey, Mister, that’s a Mister Donut doughnut!

Merci, a bientot, pour de nouvelles aventures torrefiees.

1 commentaire

Classé dans Coffee and cigarettes, Societe de consommation

Disponible

shop-jeansmate24.jpg

Et bien, non ! Il ne s’agit nullement d’un cas isole et un petit tour sur le site internet de cette « jeanerie »  situee en peripherie de ville me le confirmera : cette chaine de boutiques de fringues en a un paquet de points de vente qui ouvrent 24h/24. Je me pose neanmoins la question quant a la pertinence economique d’exploiter de telles boutiques en ouvertures non-stop ! Ce sont des « jeans », des T-shirts, des casquettes, des vestes, des robes et des chaussettes tout de meme ! Peut-etre -surement meme- qu’il ne s’agit la (pour la grande majorite des magasins) de vehiculer l’image d’une enseigne disponible

« 5h du mat’, j’ai des frissons, je claque des dents et hooop, j’vais m’acheter un jeans ! »

3 Commentaires

Classé dans Societe de consommation

Department story : Bouton de travail

gens-grossefatigue.jpg

« – Tiens !? Tu portes la casquette toi ? »

Ce n’est pas tous les jours mais assez regulierement tout de meme que je le croise dans la « smoking room » qui est situee juste a cote de la salle des frigos. C’est un jeune Francais qui travaille dans un restaurant, francais lui aussi et situe au dernier etage, de ce grand magasin dans lequel je suis actuellement employe. C’est bien agreable de temps en temps de pouvoir s’entretenir ne serait-ce que quelques minutes, avec une personne qui partage la meme culture, la meme langue. Aujourd’hui, je ne l’ai pas reconnu tout de suite, dans cette « smoking room » qui, grace a la proximite immediate des frigos, permet de s’en griller une petite apres avoir pretexte un controle des temperatures, par exemple ! Il portait une casquette avec  visiere et celle-ci lui masquait presque les yeux.   

« – Oui, enfin rarement. Seulement, j’ai beaucoup travaille cette semaine, si bien que j’ai un bouton qui pousse juste au milieu du front, alors la casquette, ca masque un peu ! »

Lui et moi sommes tout de meme plutot mieux loges que bon nombres de nos amis Japonais. (respectivement 2 et 1 jours de conges par semaine) Je n’avais jusqu’a present encore jamais rencontre une telle concentration de gens travaillant, depuis plusieurs mois, sans relache. Du matin au soir … Oui, sept jours par semaine !

Ci-dessus (photos) Deux vendeuses en salle de repos. Celle en premier plan, resistera peut etre au sommeil grace a l’absorbtion d’une boisson energetique (cafeine, taurine, etc)  

1 commentaire

Classé dans Department Story et autre, les gens

Coupure-pub

L’inspecteur Colombo, … 

terebi-colombo.jpg

Le No1, le DVD et son fascicule ; 790 yen seulement. Chez votre marchand de journaux !

(DVD Collection) 

conso-tobubook.jpg

3 Commentaires

Classé dans Societe de consommation

45 degrés

conso-winterbrewsapporo.jpg

En descendant du train, j’avais pensé à ce mail que Noriko m’avait envoyé durant le trajet du retour :

« Il y a des sashimi et des kappa-maki pour le diner. »

Ca tombe bien, dans le bâtiment de la gare, il y a un petit supermarché appartenant à la compagnie de chemin de fer, qui ne ferme jamais (contrairement aux trains qui eux, s’arrêtent de circuler la nuit) dans lequel j’ai fait une mini halte afin d’acheter ma bière d’hiver du jour. Cela surtout dans le but de la présenter dans mon journal et ainsi, prouver à tous, que j’ai une vie passionnante.

D’habitude, je m’arrange toujours pour passer à la meme caisse. Celle de cette jeune caissière qui travaille toujours de nuit. Je la salue ainsi le soir, en rentrant du travail. Je fais de même le matin lorsque je commence tot, juste avant de prendre mon train. Ce soir, je suis passé à celle d’un jeune homme que je n’avais encore jamais vu auparavant. Il devait certainement commencer tout juste de travailler dans ce supermarché.

Au moment de me remettre ma monnaie et pendant les remerciements d’usage envers la clientèle, ce qu’il fit à la perfection en réalisant une courbette presque exagérée ; pas trop rapide, les mains idéalement positionnées sur le ventre, le corps droit, … Exactement ce qui est enseigné dans le commerce organisé au Japon. Cependant, une très grande majorité d’employés ne se « plie » pas à cette règle avec autant de zèle que notre personnage de ce soir. Je m’empressai alors de le féliciter, en lui disant qu’il avait réalisé plus qu’un 45 degrés ! C’était au moins du 90 degrés tout cela.

« Pardon … ? »

Je lui répétai alors, qu’il avait réalisé une courbette, comme on n’en voit plus beaucoup de nos jours. Que cela est même étonnant dans un petit supermarché populaire au fin fond de la ligne Tôjô ! Que dans le commerce, la norme c’est quarante-cinq degrés. Que je m’y connais en 45 degrés, car je travaille à Ginza dans un grand magasin et que …

 » Ah, vous trouvez que j’en rajoute un peu, que c’est un peu trop exagéré ? « 

Oui cela l’était vraiment, peut-être cela venait-il de sa taille. C’est vrai qu’il fait bien 1m85 environs, notre jeune employé de libre-service. Pour répondre à sa question, j’acquiessai d’un signe de la tête. Il fit alors une nouvelle « courbette », celle-ci d’environs, entre 30 et 45 degrés puis me demanda mon avis.

–  » Comme cela, c’est mieux non ? « 

Il la repeta une seconde fois, appuyé cette-fois-ci par une phrase de remerciement que l’on destine à la clientèle. Sans doute afin de remettre le tout dans son contexte. Je lui répondis que de cette façon, c’était parfait. Ni trop-ni trop peu. Alors il releva les épaules, se tena droit et me regarda dans les yeux et me dit d’une voix franche et nette :

–  » Arigatô gozaimasu « 

… Cela accompagné d’une majestueuse courbette a 90 degrés.

La bière n’était pas mauvaise, Je préférais néanmoins la Kirin. Je me suis dit que peut-être, pour bien en apprecier le goût, il fallait attendre cet hiver. Le problème est que l’on risque de ne trouver que des bières de printemps, … en hiver ! Je ne me souviens plus trop !

 

 

 

15 Commentaires

Classé dans Four Seasons, les gens, Societe de consommation