Archives de Tag: coffee and cigarettes

Yes we can

 

 

« – Et en France, l’économie c’est comment ? »

« – Comme partout dans le monde bien-sûr, ca ne va vraiment pas paraît-il. Partout pareil ! … Ah, sauf chez vous M. Wong, il n’y a qu’en Chine que cela va ! »

« – Oh non-non ! En Chine aussi, ca ne va pas très bien en ce moment. Dans ma région natale, ils ferment de nombreuses usines actuellement. En France, ils ferment déjà des usines aussi ? »

« – Ah-ah-ah ! Merde, ça alors, en Chine aussi on ferme des usines !? Vous savez Mlle Wing, en France, il y a un bout de temps que les usines elles sont parties chez vous ! Il n’y a plus grand chose à fermer ! »

 

image10511

Ce matin-là, c’était Coffee and cigarettes, dehors, devant la gare. Pas le temps de passer au comptoir du coffee- shop voisin, d’y annoncer sa commande et de chercher une place libre avec son mug ou sa tasse à la main. De se lever une nouvelle fois parce que l’on a oublié de prendre le cendrier. Et puis, juste après y avoir versé ce sucre en poudre en sticks, se mettre à révasser ou à réfléchir plus sérieusement et ce, dès les premiers tours de cuillères. Le Coffee and cigarettes du jour, special temps de crise, debout et à la fraîche.

Ce matin mon choix s’était arrêté sur une canette labellisée « Kilimanjaro » depuis un distributeur Dydo. Un café en conserve qui aurait pû avoir tout autre origine, je n’ai jamais su faire la différence entre un Blue Mountain, un Morning Shot ou un Label Vintage, la plupart du temps coupés avec du lait. Je bois du marketing en fait ; le principal c’est d’en être conscient. D’ailleurs, j’avais regretté de ne pas avoir trouvé ce can-coffee de chez Kirin beverages, très légèrement mentholé qui laissait un subtile parfum de pepermint en bouche après la dernière gorgée. Encore un flop ? Ou une simple série limitée pour dire qu’on existe et que l’on innove ?

 

image870

Je re-pensais à cette conversation que j’avais eu avec ces deux clients Chinois la veille ; M.Wong et Mlle Wing, les seuls en fait avec qui j’aurais échangé quelques mots sur ce qui secoue actuellement la planète. Pas si étonnant que cela en fait, ils ne sont pas Japonais. Les Japonais, eux, ne parlent pas de la crise et il doit même y en avoir un sacré bon paquet qui ne sont même pas au courant de cette actualité.  

l’acier de mon « Kilimanjaro »; oh la vache, me brûle les mains. Je bois alors rapidement plusieurs gorgées d’affilées, histoire d’en finir avec cette pause café inconfortable. Et puis, je me mets à penser au discours du futur président des Etats-Unis d’Amérique, M. Barak Obama. A ce discours que j’avais vu et entendu sur Youtube, où il y dévoilait son plan de relance de l’économie US et par contagion, on l’espère, mondiale. Je souris en pensant que je n’aurais retenu que deux trucs en somme de son allocution: L’Internet pour tous et surtout, les économies d’énergie engendrées par entre autres, la modernisation des infrastructures des bâtiments publics, … ! Je suis un peu deçu, je m’attendais à quelque chose de plus couillu. A un changement de cap radical peut-être bien. Des économies d’énergies et une relance économique en rénovant les tuyauteries des écoles !? Bah ! On a eu droit au plombier de l’Oahio de Mc Cain, au plombier Polonais du non au reférundum européen de 2005, le monde aura Super Mario Obama à la présidence americaine ?

Alors, « Yes, we … can ? » 

image2293
Au moment de quitter, mon cendrier publique, de jeter mon coffee-can dans le bac approprié pour le recyclage, une camionette du parti communiste prendra possession de l’espace publique pour y tenir discours. Eux non plus n’ont pas grand chose à proposer au final. Pourtant, ils ont de la voix !
image23111
L’avenir ?
image2313
Et si, finalement, Obama lançait le monde sur la voie de la révolution technologiques et environnementale  ? On s’y prépare dans la Sillicon Valley paraît-il, tous les gros groupes industriels nippons aussi d’ailleurs. On est sauvé alors ?
image1977
Publicités

4 Commentaires

Classé dans Coffee and cigarettes, Un instant sonore

Coffee and cigarettes : coffeeroute

J’aime beaucoup m’arreter sur les aires d’autoroutes pour marquer une pause. Pour fumer une cigarettes et y boire un cafe au distributeur. Tout le long du reseau Nexco, je dois bien l’avouer, le cafe n’est pas mauvais dans ces distributeurs. Il y a un choix de plusieurs grains, on peut y doser la force de l’arome, le grammage en sucre et puis, on peut visualiser sur un petit ecran, la preparation de son breuvage comme si on etait au coeur de la machine. Ce qui me plait le plus en fait, c’est la melodie qui accompagne cette preparation que je freudonnerais par la suite au volant durant au moins 200km et ce, jusqu’a la prochaine aire autoroutiere ! 

1 commentaire

Classé dans Coffee and cigarettes, Societe de consommation

Coffee and cigarettes (McDonald’s)

Toujours en quête d’un bon café, dans la mégalopole Tokyoite. Allons bon ! Voilà que je me surprend à pousser la porte d’un restaurant rapide Mac Donald et cela alors que je suis persuadé que je ne trouverai pas mon bonheur en ces lieux. Que voulez-vous, aucune alternative s’offre à moi en ce dimanche de très bonne heure, quelques trente minutes avant de pointer au deuxième sous-sol de ce grand magasin. Les salary-man en congé dominical ne sont pas encore ces promeneurs-consommateurs qui envahiront dans quelques heures, Ginza. Une ouverture aux aurores comme en semaine de ces debits de café n’est pas justifiée ici.

 

titre N°2, « Je ne suis pas la pour travailler comme un malade, je suis la pour faire de l’Aikido et parler japonais »

 

coffandcigaret-mcdo.jpg

Quelques jeunes gens qui ont du passer la nuit à écumer bars et clubs s’offrent une petite collation bien grasse avant de prendre le train, un couple de touristes américain qui ne prendra pas leur petit déjeuner à leur hotel et trois ouvriers du bâtiment  qui prennent quelques forces avant d’attaquer un probable chantier sans doute proche ; il n’y a pas foule dans cette franchise du hamburger. 100 yen le jus noir servi dans un gobelet en polystirene (?), celui-ci est conforme à mes attentes. Rien à ajouter sur le breuvage. Dans le restaurant ca sent la frite comme dans tous les McDonald’s du monde, dommage les fauteuils style « lounge » des salons VIP d’aéroports sont très confortables. Cet endroit est formidable, il motive pour se rendre plus rapidement sur son lieu de travail et de s’offrir une canette de café chaud du distributeur de la salle de pause. Au moins là-bas, il y a moyen de discuter un peu avec les magasiniers ou les livreurs que l’on voit quotidiennement à ces heures.

Entre chaque gorgée de ce breuvage infecte qui a trop longuement été réchauffé dans son bol en pyrex®, je  pense à ce jeune Français, qui vient de débarquer dans la capitale, visa « working-holiday » en poche (lui permettant de vivre et travailler au Japon durant une année)  et qui venait d’être embauché chez nous. « Machin » est passionné par le Japon. Sa culture, ses traditions, ses manga et ses animes et par l’Aikido. L’arrivée de ce jeune homme allait soulager notre charge de travail. Ce qui nous permettra ainsi de pouvoir prendre plus de jours de congés ou tout du moins, de travailler dans de meilleures conditions. Il sait tout faire, il est formidable ainsi, si bien entendu, il est à l’essai chez nous, nous sommes aussi à l’essai pour lui, comme il me l’a dit. Car « Machin » à peut-être d’autres opportunités de travail dans le grand Tôkyô. Il hésite à postuler chez Peugeot Japan parce que son paternel a fait toute sa carrière chez ce constructeur automobile et surtout parce qu’il a fait de longues études scientifiques et qu’il possède une license de japonais ! Parce que le McDonald’s à côté de sa résidence serait prêt à l’embaucher, parce qu’il a moyen de donner des cours de français et de math à 2500 yen de l’heure, qu’il pourrait entrainer une petite équipe de football …

« – Vu leur niveau en équipe nationale, ça devrait le faire ! »

« Machin » a travaillé une semaine avec nous, avant de nous quitter pour une meilleure place et pour un bien meilleur salaire. Je suis content pour lui mais surtout toute l’equipe est soulagée de son départ. Je crois bien qu’il y avait bien longtemps que je n’avais pas rencontré un tel raleur. Si bien, qu’avant de replonger dans mes souvenirs et ainsi d’y retrouver tous ces gens formidables que j’ai laissé en France, il y a plus de deux annees déjà, je me suis surpris (bis) à penser qu’il me serait difficile de m’adapter à nouveau à cette mentalité héxagonale. Non, en fait « Machin » était un cas, un petit capricieux qui ne chercherait donc pas à faire les efforts nécessaires pour vivre à fond son experience nippone. Surtout lorsqu’il s’agissait d’accepter de travailler exceptionnellement en soirée alors que l’on a demandé à être « du matin ».  Je lui avais demande de faire un petit effort, rien qu’un en attendant le retour de congé de Yumiko.

« -Je ne suis pas là pour travailler comme un malade mais pour parler japonais et faire de l’Aikido »

Oui, seulement, le Japon n’a jamais été une référence en ce qui concerne « sa douceur de vivre ». N’était-il pas préférable d’appréhender ce pays en touriste à la place ?

Je repense à Mami-chan qui viendra m’aider à faire la fermeture du magasin alors qu’elle est en congé ce jour-là. Parce qu’elle imagine bien qu’il est pas évident de fermer à la fois la caisse et de tout ranger, seul, avec un type qui ne sait rien faire !

Mini-vibrator 

Ce 11 novembre, juste avant l’orage (et oui !) un tremblement de terre dont l’epicentre etait situe a Ibaraki a fait craquer la maison, cela sur les coups de 19h. C’est le dixieme de l’annee, ressenti dans le departement de Saitama.

8 Commentaires

Classé dans Coffee and cigarettes

Royal cake (coffee and cigarettes)

coffee-royal.jpg

coffee-royalkyaku.jpg coffee-royalkanban.jpg

« – Garcon ! Un burendo (blend) ! »

… Que l’on aurait envie de crier en penetrant dans ce genre de lieu. Le traditionnel « kohi-ya » nippon. Legerement inspire des cafes francais ou autrichien. Pas d’express, rien que du filtre et ses variations ; « latte », « viennois » ou encore « mocha. ». Ici, on prend le temps. De lire son journal, de discuter avec un vieil ami, de s’abriter de la pluie et de gribouiller quelques trucs sur son carnet. Aux fauteuils d’un rouge criard, aux luminaires « art-deco », aux sucrier en cuivre et aux serveurs a cravattes dont l’extremite est rangee dans le pantalon. 450 yen, la tasse, c’est le tarif generalement constate dans ce genre d’etablissement.

S’abriter de la pluie, … C’etait la raison de ma visite au Royal cake vendredi dernier puisqu’un typhon nous a genereusement arrose en longeant les cotes de l’Archipel.

Prendre le temps de reflechir, … C’est surtout la motivation principale de mes visites dans ces etablissements a l’odeur de tabac et de cafes. Reflechir a ma vie actuelle et a mes reves. Au Royal cake, je n’ai cependant pu m’empecher de penser a ce mail recu la veille et a tous ces souvenirs qui pouvait s’y rapporter :

« Johnny est mort, rappelle moi ».

J’etais sur mon lieu de travail, j’ai senti mon telephone vibrer dans ma poche. Hiro cherchait a me joindre mais ne pouvais y repondre. Dans quelques minutes je prendrai une pause ainsi je pourrai le rappeler. Nous allions certainement une enieme fois, essayer de trouver une date nous permettant d’aller boire un verre ensemble. Depuis le temps ! Pas facile, lui itamae dans ce restaurant de tortue (suppon) et moi dans le commerce. Quelques instants plus tard, il m’envoya ce court mail dont je n’aurais pu imaginer la substance.

« Johnny est mort, rappelle-moi« . Je le rappelai presque dans l’immediat. Apres avoir ete sur d’avoir bien lu ce qui m’avait ete envoye, apres avoir surtout encaisse ce court mail. Johnny, mon collegue d’autrefois, de cette epoque ou je travaillais comme bar-tender a Ningyocho. Mon senpai en fait. Celui qui m’enseigna la realisation des cocktails est decede sur son lieu de travail. Johnny que je maudissais pourtant regulierement. On ne s’entendait pas tres bien tous les deux. Cela parce que nous avions une vision differente du travail et de la facon de tenir ce bar. Mardi, j’irais lui dire un petit au revoir. Je vais rappeler Hiro.

Bartender , energy drink

Vendredi, dans la soiree, la pluie a cesse, des le lendemain un temps magnifique prendra place dans la region de Tokyo.

meteo-kasa1.jpg meteo-kasa2.jpg

Ce n’est pas parce que c’est un copain mais bien parce que j’apprecie son blog que je vous invite a decouvrir celui-ci. Clarenceboddiker’s diary is here ! Allez donc y faire un petit tour. les habitues de ce journal le connaissent, puisqu’il s’agit d’Olrik !

Ah, pendant que j’y suis, puisque je compte revoir ma page de liens, quels sont ces blogs que vous aimez lire ? Quels sont ceux, sur le Japon et sur tout autres sujets, que vous aimeriez faire decouvrir ?

Billet ecrit trop rapidement, accompagne d’un cafe lyophilise juste avant de quitter son domicile pour rejoindre son lieu de travail. 

    

2 Commentaires

Classé dans Coffee and cigarettes