Archives de Tag: burp !

Love beer

C’est facile ! Depuis le seuil de la maison, on peut voir la gomi-station qui est située au bout de la rue. Des sacs poubelles recouvert d’un filet bleu – pour que les corbeaux ne mettent pas le bordel- et c’est le jour des ordures à brûler ; des sacs poubelles sans filet bleu, il s’agit alors des emballages plastiques. Hier matin, il y avait d’installer ces casiers en plastique. Alors je me suis déplacé pour prendre connaissance de ce que j’avais à y déposer.  Bouteilles en PET ? Plastiques durs ? Métaux ? Verre ?

Je suis donc retourné à la maison, pour me débarasser de mes canettes. Les Japonais aiment la biere ! 

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Societe de consommation

Garcon, Une Edel !

La boisson No 1, c’est peut-etre le the vert, que l’on boit froid, que l’on boit chaud. Du distributeur automatique le plus proche pour les petites soifs ou en « PET bottle » de 2L en promo au supermarche voisin.

La boisson No 1, apres-tout c’est peut-etre la biere, je n’en sais rien en fait. La biere que l’on boit forcement fraiche. A l’izakaya en bas du bureau, au sushi-ya pres de la maison, dans certains trains meme. Souvent Nama, a la pression et que l’on boira dans une grosse chope de 500ml. et puis, juste apres la premiere gorgee, comme il est de coutume, on sortira un ;

« – Rhaaaa–aaaAh !! « 

Qui exprimera une extreme satisfaction et un plaisir intense … Bon hein ! Et ca, comme ils le font tres bien dans les pubs TV. Pour la biere Sapporo par exemple ( c’est la meme chose chez Suntory, Kirin ou Asahi il suffit d’aller visiter leurs sites).  La biere, c’est parfois aussi en bouteilles en verres de 500ml ou de 633ml, que l’on servira alors dans de tous petits verres glacees. La biere, c’est bien sur en canette de 350ml ou de 500ml(*)

 Et quid des bars un peu plus haut-de-gamme et qui ne sont pas des bars a bieres, des petits cafes de styles new-yorkais ou des brasseries a la francaise ? On y boit souvent des bieres d’importations, souvent distribuees par Sapporo, Asahi (Guinness), Suntory (Carlsberg) ou Kirin (Heineken, Budweiser, Buckler) (**) Pour ces bieres, on ne fait pas de ;

« – Rhaaa-aaaa Ah !! »

En guise de satisfaction et de plaisir intense, apres la premiere gorgee que je vous dis, … Non ! Pas plus qu’on sortira des sons de salary-man satisfaits, on ira pas non plus vomir sa Heineken sur le quai d’une gare, contrairement a ce qu’il semble etre permis de faire avec la production locale. Deja, il faut y mettre le prix ainsi ce n’est pas encore demain que l’import deviendra produit d’appel !

Bref, et bien voici … Un demi bien frais commande dans une brasserie d’inspiration francaise. Un verre qui ressemble a autre chose qu’a une chope pour Bavarois assoiffe, ca faisait longtemps ! C’est Sapporo qui distribue cette « pils » luxembourgeoise  … Edelpils, c’etait pour moi la premiere fois que je decouvrais cette Europeenne !

« -Rhaaaa-aaaAh ! Ca fait du bien !  

Billets brassicoles precedents : « Black and White » : Un « Chicken cream stew » avec une Kirin Stout – Une « Winter brew » de chez Kirin avec des gyoza – « Carnivore » : Du sashimi de boeuf avec une Sapporo Draft One – Une Kirin Lager avec un Suki-Yaki – « 45 degres » : Une autre winter brew mais de chez Sapporo cette fois-ci et avec des sashimi de thon – Une Sapporo nama et des brochettes – « super gras« , une Asahi super dry et des sashimi de saumon –  » A la quoi , » De la cuisine chinoise avec une des Suntory malts a 99 yen – etc …

 (*) Il existe cependant d’autres formats qui vont de 200ml a 1000ml. (**) A noter egalement, l’importateur Nippon beer.

Poster un commentaire

Classé dans Societe de consommation

Autour d’un plat : Buri-shabu (ou autre)

 

Ce soir, a la maison c’est poisson m’a t-on dit ! Tout comme la semaine dernière, lorsque nous avions rencontrés M. Nihonmatsu, le poissonnier du supermarché qui nous avait invité a profiter d’un Inada en promo (298 yen la pièce m’ssieurs-dames) faisant tout aussi bien l’affaire qu’un Buri, beaucoup plus cher. Ce qui nous fera donc, un excellent shabu-shabu de buri inada ce jour-là. Oui, quelle chance avons nous d’avoir parmi nos connaissances, ce poissonnier !

shop-sakana.jpg

Petite visite dans le dictionnaire electronique, B.U.R.I, ah ! c’est de la « seriole » et inada : jeune seriole !

cuisine-inadanabe.jpg  cuisine-burishabu.jpg

Ce soir c’est poisson, parce que demain c’est setsubun ! Et que pour l’occasion, Noriko veut en garder pour le petit déjeuner, … Du poisson.

« – Ah ?! »

 

Restait à répondre à la question cruciale, devant l’étal du rayon marée. Du poisson, oui mais lequel ?   

fish-pack1.jpg  fish-amadaipack30.jpg

fish-pack5.jpg  fish-mentaiiwashi.jpg

 

« – waa, et ce bulot familly-size ?! »


fish-pack6.jpg  fish-pack4.jpg

Finallement, on restera dans le classique : ika-battaa (seiche au beurre) et iwashi-mentaiko (sardines aux oeufs de morue pimentés)

  fish-repas.jpg

 

« – Et pourquoi, il serait bien qu’on garde du poisson pour setsubun ? »


 fish-iwashimentaiko.jpg  fish-setsubun0.jpg

« – Afin d’empecher l’esprit malin d’entrer dans la maison, on peut placer devant celle-ci, du houx -parce que ça pique- et du poisson, plus particulièrement de la sardine (la tête de la sardine) – parce que ça sent mauvais- ! »

On ne répondra cependant pas aux sirènes du marketing moderne (toujours au rayon poissons) et son setsubun-pack à 198 yen qui se compose de branches de houx, de poissons mi-secs et d’un masque de Oni.   

PLUS! Lien wikipedia sur setsubun.

Poster un commentaire

Classé dans Four Seasons, Societe de consommation

Black and white

conso-stout.jpg

Ambiance hiver irlandais, ou presque puisqu’en lieu et place d’un Irish stew, il y avait hier soir pour le diner un beef-cream-stew, … Au poulet ! Point de Guinness egalement mais une Kirin Stout ! C’est nouveau et entre-nous une Guinness en canette ou une Stout japonaise en (canette egalement) personnellement, je ne vois aucune difference ! 

Burp !    

Les habitues de ce journal auront tout de suite remarque que la biere du jour s’etait passee de contenant a l’effigie Sailor-moon. Je m’en excuse aupres des afficionados.

2 Commentaires

Classé dans Autour d'un plat, Societe de consommation

carnivore

J’avais vu ce reportage effrayant a la television japonaise. C’etait en novembre de l’annee passee, me semble t-il. On y parlait d’un truc qui ne pouvait laisser les Japonais indifferents. On y parlait d’un truc qui autrefois, n’interessait presque qu’eux. C’est sur ca devrait faire un carton coco en terme d’audience !

De New-York a Los Angeles, De Paris a Moscou et puis tout recemment de Shangai a Sao Paulo en passant par New Delhi, la cuisine japonaise rimant avec sushi et sashimi ; rimant surtout avec saine et raffinee, elle fait un carton sur la planete. Mais voila que l’on s’inquiete serieusement du devenir de ce poisson oceanique qu’est le thon. Dans 13 ans, il risque de ne plus avoir de thon  sur la planete avait lance un scientifique devant les cameras de la television, cameras en mode gros plan, lumieres basses, ton grave …  

Alors que faire a notre echelle ? Se gaver de thon gras et gouteux jusqu’a ce qu’il y n’en ai plus afin d’imprimer a jamais dans notre memoire la saveur de ce poisson ? Ce qui d’ailleurs, nous permettrait de raconter le plus fidelement aux generations futures ce qu’ils ont rate parce que nees trop tard ! Ou bien, ou bien, …  

cuisine-gyusashi.jpg

… Un bon morceaux de bidoche bien tendre ! Celle-ci venait de la region rurale de Gunma. A une centaine de kilometres seulement ( CO2 reduit ) de chez moi. Gouteux et savoureux, je m’en suis recoupe quelques tranches de gyu-sashi ou, sashimi de boeuf. Ca va si bien avec la biere !

« -burp ! »

8 Commentaires

Classé dans Autour d'un plat

Autour d’un plat : Suki-yaki

cuisine-sukiyakiga.jpg 

O-Shogatsu se termine. Cette annee, je n’aurais donc pas ete offrir mes services au sushi-ya, comme je le faisais jusqu’alors. J’ai profite en fait des deux petits jours de conges dont j’ai beneficie pour … « Ah qu’il est bon de ne rien faire »  mais alors, rien du tout et cela m’a fait du bien. Si ce n’est, travailler un peu sur l’ordinateur, ecrire quelques cartes de voeux afin d’entretenir ses relations, ou d’effectuer quelques petites courses  … Et puis voila.

Durant ces deux petits jours de repos, je suis passe tout de meme le soir au restaurant pour y recuperer Noriko ( qui y travaillait ) et Lumika ( qui y jouait avec les enfants de Masashige, l’Itamae ). La, j’en profitais pour prendre une petite biere avec tout le monde que l’on accompagnait de quelques morceaux de thon gras en sashimi. Des morceaux, des « chutes » qui n’auraient pu etre utilises pour confectionner des sushi pour les clients car trop petits ou d’aspects « non-conformes ». Le soleil s’etant couche depuis quelques heures deja,  il fasait plutot froid dehors. A l’interieur, seul, le petit poele a petrole ne suffisait pas a rechauffer le visiteur que j’etais, occupe a contempler tout ce petit monde s’activant autour des dernieres taches de la maison. Une odeur forte de riz vinaigre et de poissons planait en ce lieu, temoin olfactif d’une intense et inhabituelle activite dans ce petit restaurant de quartier.

« – Oui, mais autrefois, on etait deux fois plus nombreux a s’activer autour des commandes des clients. Le telephone n’arretait pas de sonner ! Jusqu’a la bulle en fait !

Expliquait Teruko, aujourd’hui il faut cohabiter avec les sushi en pack des rayons des supermarches voisins et surtout avec les kaiten-zushi, ces restaurants ou les sushi a environs 100 yen les deux pieces y defilent devant le client.

Les enfants descendaient de l’etage superieur y abandonnant leurs jeux pour se joindre aux adultes qui s’appretaient a trinquer. AsahiSapporo ou Kirin, chacun y avait rempli son verre de sa biere preferee.

  » -Ce soir on mange tous ensemble ici »

Avait lance Teruko. La porte du restaurant etait ferme, on avait installe sur le comptoir de quoi faire un magnifique suki-yaki !  

cuisine-sukiyplat.jpg cuisine-sukiytamag.jpg

 Des legumes (shiitake, chou chinois, feuilles de chrysantemes) du tofu et de fines tranches de viandes qui cuisent dans un bouillon a base de sauce soja, de sucre, de mirin et de sake.  Le tout que l’on trempera dans du jaune d’oeuf.

cuisine-sukiyaki.jpg

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Autour d'un plat

Super gras

cuisine-saumongras.jpg

Peche au large de Hokkaido, c’est d’un magnifique saumon sauvage dont sont extraits ces quelques sashimi. Attention, … Non non non non ! Pas n’importe quel saumon sauvage ! Encore plus rare puisqu’il s’agit d’un saumon sauvage super gras ! Qu’on en trouve un sur dix mille de cette qualite ! Que L’on me dit ! (Ah ?)

 « – Roban c’est la premiere fois que tu manges un saumon de cette qualite »

En tout cas, c’est le cadeau d’un client du restaurant de Teruko qui a debourse 60 000 yen pour la bete. C’est vrai qu’il etait bon ce saumon rare et super gras.

Poster un commentaire

Classé dans Autour d'un plat