Archives de Catégorie: Les enfants

Apres la classe

C’est un petit poisson noir, au nom de Swimy qui a pour amis des petits poissons rouges. Lui, il est noir. C’est parce qu’il peut nager tres vite qu’il echappa a l’attaque d’un ban de thon (Germon ou Albacore, peu importe) contrairement a ses compagnons qui eux furent devores. Swimy partit a la recherche de nouveaux amis et ceux qu’il rencontra, tetanises par la peur, refusaient de quitter leur abri sous-marin. Swimy qui, en plus d’etre excellent nageur, etait particulierement intelligent. Ainsi, il organisa une parade permettant a tout ce petit monde de quitter cet endroit devenu bien trop dangereux depuis que les thons (qui de toute facon, finiront dans mon assiette) trainaient dans ces lieux. Alors, il rassembla tout ses amis afin de constituer une enorme creature marine dont leurs predateurs ne se risqueraient pas a attaquer. Swimy, en serait l’oeil, l’oeil noir !

« – Vous sortez a present votre cahier de lecture, dans une colonne : vous decrivez  les thons, dans une deuxieme : les poissons rouges et enfin dans la troisieme colonne : Swimy, vous avez jusqu’a moins le quart »      

 

Re-belote, apres le cours de mathematiques, c’est au cours de lecture que nous, parents d’eleves etions convies par Sakai-sensei, qui une nouvelle-fois avait sorti son joli tailleur pour l’occasion (et des baskets Nike aussi, mais bon !). Pendant que les enfants de deuxieme annee d’ecole elementaire (CE1 ?) planche sur leur devoir sur table, pendant que Mme Sakai passe dans les rangs les bras dans le dos a regarder au-dessus des epaules des enfants, pendants que les mamans chuchottent dans la fond de la classe ; je sors me promener dans les couloirs de l’ecole, notament pour y voir d’un peu plus pres la decoration que les enfants ont fait pour  Tanabata.

Je m’arreterai quelques instants devant un poster de sensibilisation aux gestes a effectuer dans l’enceinte de l’ecole, en cas de tremblement de terre. Des tables, des chaises, un tableau noir, le bureau de l’enseignant et eventuellement du materiel audio-visuel. Rien de bien different de l’ecole ou j’apprenais a compter et a lire tout jeune si ce n’est, ce petit coussin sur lequel s’assoit chaque eleve de la classe et dans lequel est rangee et pliee une protection pour la tete en cas de seisme important.

Il est l’heure de ranger ses affaire dans son « landecel », de visser sa casquette jaune sur la tete, de faire silence puis de saluer son professeur, la classe est terminee. C’est aussi aujourd’hui, que les parents sont pries de debarasser le balcon du plant de tomate que chaque enfant a fait pousser en cours de « sciences de la vie ».  

« – merde, il est ou son plant de tomate ! »

Lumika veut aller jouer au parc avec Mone-chan, Noriko a une reunion avec quelques parents. Bon-bon-oui-ok j’irais aussi au parc avant d’aller faire des courses pour ce soir. Aujourd’hui je suis de repos, aujourd’hui, c’est moi qui est de cuisine. Je regarderai ainsi, les enfants jouer avec le robinet d’eau potable, avec la mare qu’ils ont fait avec le robinet d’eau potable, avec la piscine qu’ils ont realise pour les fourmis, parce que c’est vrai qu’il fait chaud a present.   

 

Ah !! C’est l’heure, il est deja 17 heures ! On s’est drolement bien amuse hein !Mone-chan reprendra son velo pour rejoindre sa maman qui l’attend a la maison, comme chaque jour. Nous, on ira donc chercher du tofu, des cotelettes, et puis … Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire ? Oh des glaces !?

3 Commentaires

Classé dans Les enfants

Le matsuri de l’école élémentaire

Jour de pluie mais jour de matsuri tout de même ! Le matsuri de l’école en quelques photos. 

Tsuyu oblige, c’est à l’intérieur de l’école que s’est tenu le petit matsuri qu’organise chaque classe de l’école primaire. Tous les locaux sont investis par les momes et les parents qui auront pu se libérer ce jeudi matin. 

 

Dans chaque classe on a fait place nette en remisant les tables et les chaises contre les murs, permettant l’installation d’une activité ludique, le plus souvent faite de cartons, de cannettes et autres emballages récupérés.  

Le coin des professeurs, fanas de toupies y présentant leur collection. On n’a pas oublié : Le lancer de toupie, matière à part entière à l’école élémentaire !

En piochant dans la boite a gages :

« – Tu dois faire sept fois une séance de tirs au but »

Sauvé par le gong ! Il est midi, le matsuri est terminé. Toute l’école est invitée à se rassembler dans le gymnase, au micro, un professeur demande le silence. 560 marmots à calmer en un temps record. Enfin, après trois interventions de demandes au calme, sans énervement …

« – 1, 2, … 3, silence s’il vous plaît »

Et un etonnant silence remplacera le bruit, les cris et les rires. C’est au tour de chaque délégués de classe de prendre le micro ; aujourd’hui, c’était très amusant, merci beaucoup.  Le mot de la fin sera pour le directeur de l’école à destination des enfants :

 » A present, vous êtes tous invités à ranger vos classes et à nettoyer les parties communes. »

1 commentaire

Classé dans Les enfants

Pluviosité

D’habitude, elle rentre toute seule de l’école avec ses camarades du quartier. Hier, comme tous les parents du groupe scolaire, nous étions invités à suivre un cours de math avec la nouvelle maîtresse – Mme Sakai – Il s’agissait du premier « education show » de l’année. Il y avait un problème affiché au tableau que je soumets ici : J’achète un castella à 25 yen (c’est pas cher, il s’agit donc là, d’un castella discount) ainsi qu’un bonbon à 14 yen, à combien s’élève le prix de ce petit gouter gourmand ? (*)

Décidément ce mois d’Avril aura été particulièrement pluvieux. Mis à part quelques belles journées ensoleillées, les parapluies auront été souvent sollicités. Après le cours de math, nous sommes rentrés ensemble, avec ses camarades. Je pense à ce journal qui n’aura pas connu d’activité intense ce mois-ci. Je n’ai pourtant cessé de mitrailler avec mon téléphone, en prévision, tous ces gens qui partagent mon existence et ces paysages qui m’entourent, j’ai également commencé à rédiger des dizaines de billets mais je n’ai eu ni l’envie, ni le temps de les mettre en ligne. Le mois de Mai connaîtra quant à lui, une activité plus soutenu. Je pense à ce journal mais je garde un oeil sur Kotaro-kun, Nagi-chan, Mone-chan, Luna-chan et Lumika qui se chamaillent, qui courent et qui jouent tout le long du trajet.  

 

 

(*) Reponse au problème : Un castella à 25 yen + un bonbon à 14 yen, le total s’élève donc à 39 yen

4 Commentaires

Classé dans Les enfants, meteo

Po-chan, Sciences de la vie

 

 

pochan2.jpg  pochan1.jpg

Nous avons eu Po-chan à la maison ce week-end ! Po-chan, c’est un des deux hamsters de la classe. Parce que outre, les mathématiques, l’écriture et la lecture, le sport, les travaux manuels et la musique, il y a aussi, les « sciences de la vie » en première année d’école primaire. Où l’on y apprend à reconnaitre quelques fleurs, ou l’on ira récolter des patates douces dans les champs voisins ou bien encore par exemple, où l’on découvrira avec quels jeux les enfants d’autrefois jouaient. Po-chan, fait donc aussi partie de cette matière et passe ses week-ends chez les enfants de la classe de Mme Misawa. Ainsi, il n’est pas difficile d’imaginer que Po-chan, aura maintes fois, regardé la télévision, déjeuné avec des poupées en plastiques, voyagé dans des autos télécommandées, mangé des gâteaux à la fraise, et que sais-je encore !

Ce week-end dernier, c’était à notre tour d’accueillir le hamster vedette de la classe et bien je sais a présent, qu’un hamster, ça adore le kotatsu.

10 Commentaires

Classé dans Les enfants

Coefficient 4

« – Ne serait-il pas préférable que vous ne différiez votre voyage en France d’une dizaine de jours ? » 


nawatobi.jpg

Deux-trois jours durant, c’est la tête baissée, la démarche lente et les yeux mouillés qu’elle rentrait de l’école. J’avais fini par comprendre que la raison de cet état avait pour nom Nawatobi, le saut à la corde. J’avais un peu rit avant de lui dire qu’il y avait dans la vie, des choses bien plus importante que de savoir sauter à la corde. Lumika ne semblait pas convaincue par mon discours, j’essayais alors d’en savoir un peu plus en commencant par me renseigner sur l’attitude de ses camarades. Ceux-ci se moquaient-ils d’elle ? Non, au contraire, apparemment, ils l’encourageaient tous à reussir des aya-tobi, des oshiro-tobi, des kenken-tobi, des oshiro-aya-tobi ou encore des buiji-dome

Quelques jours plus tard, Noriko me dit qu’elle rencontra Madame Misawa, la maîtresse de Lumika au sujet de Nawatobi. Lumika était la derniere de sa classe « en saut à la corde » mais aussi en Koma-mawashi, le lancer de toupie. Elle ajouta dans la foulée que, comme elle commençait à faire quelques progrès visibles, il était ainsi peut-être préférable de différer de quelques jours ce voyage en France qu’elles doivent faire toutes les deux, quelques temps avant la fin de l’année scolaire (en mars).

« – Tu étais fort toi, en Nawatobi à l’école ? »

Je compris donc, en discutant avec Noriko que ce qui était, à l’epoque où j’étais un tout jeune marmot, « un sport de récré » était sous ces latitudes, une veritable matière scolaire de cours primaire ! Alors, le soir même de notre discussion, je filais au 100 yen shop du coin afin d’équiper toute la famille en cordes à sauter et en toupies et dès le lendemain matin, juste apres le petit-dejeuner nous nous entrainions pour l’examen final. Le papa du petit Haru-kun se joindra à nous. Lui il était sacrement balèze en koma-mawashi.

Lumika reussit de justesse son examen et pourra donc partir à moindres frais pour Paris dans quelques semaines, avant que les prix eux aussi ne s’envolent.

 Plus! Dans la meme « collection » :

Rentree des classes, les 2 jours J (avril 07) – ; – Sauterelles squatteuses (juillet 07) – Histoires naturelles (juillet 07) – ; – Des p’tits ronds avec Madame Misawa (septembre 07)

8 Commentaires

Classé dans Les enfants

7-5-3

shichi-kasa.jpeg

Nous avions choisi la formule 3 photos ; une ou nous sommes tous les trois, et deux où Lumika pose seule. Une en kimono et une en robe. Le rendez-vous était prit, un dimanche après-midi dans un de ces studios photos spécialisés dans ce genre de prises de vues. Bien que nous ayions rendez-vous à 15h30, nous aurons été obligés de poireauter plus de deux heures avant de passer devant l’objectif du studio « Ciel« , soit à 17 heures trente, ici aussi tout n’est pas aussi fluide que ce que l’on dit. Studio situé à l’étage « enfants » du magasin « Saty-Mycal » local, une sorte de très gros Monoprix. C’était en prévision de l’événement réservé pour le 15 novembre prochain.  Ainsi, des dizaines et des dizaines de parents avaient choisi de faire comme nous ; de s’y prendre en avance pour la corvée de la photo qui accompagne « shichi-go-san » ou sept-cinq-trois. Un rituel Shintô où les petits garçons agés de cinq ans et les petites filles de trois puis sept ans passent par le jinja(1) local afin de bénéficier d’une protection leur permettant une bonne santé et un bon avenir. C’est aussi l’époque du passage chez le photographe, pour coucher la famille endimanchée sur du papier glacé. En choisissant de s’y prendre presque deux mois à l’avance pour le studio photo, cela permettait de profiter d’un avantage tarifaire (non négligeable) et surtout d’éviter une foule encore plus dense, composée de papas stressés, de mamans affolées, de gamines énervées et de photographes débordés !  Pour justifier le prix élevé de cette séance prise de vue : un staff qui, certes n’arrive pas à gérer l’affluence de clients pour cette tradition, mais un staff qui saura chouchouter les petites de 6/7 ans.

Habillage, maquillage, coiffage dans une loge de star … Choix immenses de robes de princesses et bijoux. Lumika, elle adore ! Moi, moins, kitchissime à souhait, elle s’entêtera à vouloir porter une robe rose bonbon  alors que la robe avec des motifs japonais était si jolie ! Elle est têtue, moi aussi … Apres de longues négociations, elle posera avec une robe bleue ! Pour le kimono(2), le problème ne se posera pas, elle portera celui de sa maman quand elle avait le même âge !

On pourra enfin rentrer à la maison, après avoir sélectionné sur écran, les photos qui apparaîtront dans l’album.

« – Pardon ? En option, si on veut des petits coeurs et des petites fleurs sur l’album ? … Non, ca ira merci ! »

 

shichigo-cielwide.jpeg shichigo-dress.jpeg

 RETRO-(lien)BLOG : (1) Le Kannushi de Kami-Fukuoka   (2)Lumika et son kimono

 

7 Commentaires

Classé dans Four Seasons, Les enfants, Societe de consommation

Des p’tits ronds avec Madame Misawa

 Des p’tits ronds avec Madame Misawa : (<♪ lien sonore mort peut-etre retabli sur demande)

ecole-classepeinturejpeg.jpg 

C’est parce que ce jour là, je commencais le travail à 15h, que je pus me rendre au jour « classe ouverte » de l’école de la petite et ainsi assister à son cours de peinture avec la dynamique Madame Misawa, sa maîtresse. Les jours de « gribouillage » c’est simple, on vire tout, les tables et les chaises, les « landosel », … enfin tout quoi ! Par contre, faire des ronds des p’tits, des gros, des jaunes, des bleus, des rouges_et des verts ; ce n’est pas pour développer son esprit creatif hein Sensei ?! C’est pour habituer l’enfant à la calligraphie, à tracer des traits le bras levé ? Dîtes, enlevez moi d’un doute, il y a une idée pédagogique la dessous, hein ? ! … J’espère.

 » – Allez, on va a present, faire un rond beaucoup plus gros … comme ca …. OOoh ooooooh ooooh oooh …! »

PLUS!  Sur le meme theme :

Rentree des classes, les 2 jours JSauterelles squatteuses

Sotsuenjiki, la quille (dernier jour de maternelle ou, « youchi-en »)

7 Commentaires

Classé dans Les enfants