La saison des pluies

sortieyama

-au fait monsieur l’agent, serez-vous de service demain soir ?
– Oui, répondit prudement le policier. Je travaille ici demain soir. Pourquoi ?
– Même s’il fait beau, vous feriez mieux de prendre votre parapluie. Le policier hocha la tête.
– Entendu, je prendrai mon parapluie.
– Il va tomber des poissons du ciel comme s’il en pleuvait. Des sardines, je pense mais il y aura peut-être bien quelques maquereaux aussi.
Le policier éclata de rire.
– Des sardines et des maquereaux ! Répéta t-il. Dans ce cas, il vaudrait mieux ouvrir son parapluie à l’envers pour recueillir les poissons et, de cette facon on pourra préparer du maquereau au vinaigre !
[ … ]
Le lendemain quand une pluie de sardines et de maquereaux se mit effectivement à tomber sur ce coin de l’arrondissement de Nakano, le jeune policier se sentit blêmir. Environs deux mille poissons tombèrent soudain du ciel, sans le moindre signe précurseur. La plupart, s’écrasèrent par terre à l’arrivée mais quelques-uns encore vivants, frétillaient sur le sol devant les boutiques de la rue commerçante. Les poissons sentaient encore la marée. Ils tombèrent bruyamment sur les toits des voitures et des immeubles et sur les gens. Mais, heureusement, personne ne fut blessés. L’impact psychologique de cet événement en revanche fut énorme. Après tout, les poissons étaient tombés du ciel. Aucun marché aux poissons, aucun bateau de pêche ne s’étaient plaint de la disparition d’un stock de sardines et de maquereaux. Aucun avion ni hélicoptère ne survolait le quartier à ce moment là. Aucune tornade n’avait été signalée non plus. Il était impensable qu’il puisse s’agir d’un canular. C’était bien trop compliqué à organiser [ … ]

Haruki Murakami ; in Kafka sur le rivage 2002 (traduit du Japonais par Corrine Atlan)

Image216 Image217

Mi-juin 2009,

environs 50 ici puis 150 recensés là, une centaine par-ici, … Tout a commencé dans quelques localités du département de Ishikawa, ou une pluie de têtards … Oui, je répète ; une pluie de tê-tards ! S’est abattue dans cette partie la plus au Nord de l’île de Honshu dans le Tohoku. Plus tard et tous le long de la semaine, ce sera au tour de localités voisines de connaître le même phénomène ; à nouveau des tétards viendront lamentablement s’écraser sur la chaussée ou sur les pare-brises des voitures. A certains endroits, ce seront, de petits poissons de rivières qui tomberont à leur tour du ciel … Dernièrement, le phénomène à été observé aux quatre coins de l’Archipel.

 » – J’ai entendu dire, lorsque que j’étais enfant qu’il était arrivé par le passé que des vents très violents, réussissaient à arracher de la mer des petits poissons et à les envoyer par delà les montagnes ! « 

 » – Oui mais, dans ce cas-là, ne s’agit-il pas de tétards et plus récemment de petits poissons de rivières qui se sont abattus en pluie, dans le Nord,  ? « 

Non seulement, ces petits animaux qui faisaient parler d’eux de manière très original n’avait aucune origine maritime mais également, aucune tornade n’avait été signalée non plus par les météorologistes consultés pour l’occasion. J’avais l’avantage dans ce dialogue entamé entre ma belle-mère et moi et dont la recherche des causes plausible, animait cette matinée.

 » – Certains de dire qu’il se pourrait qu’il s’agisse en fait de nourritures recrachées par des oiseaux, tels que des corbeaux ou des hérons ! « 

 » – Non Teruko, cela voudrait donc dire qu’il en faudrait un paquet, de corbeaux en vol recrachant tous en même temps, ces tétards et aux mêmes endroits et quelques jours après, ces volatiles choisissaient de réitérer leurs blagues en utilisant des poissons de rivieres ! Ca ne tient pas debout.

( Roban, vous gardez la main ! )

 » – … Des OVNIs ? « 

 » – … « 

En fait, personne ne sait, le pourquoi du comment et chaque jour, on reporte de nouvelles localités dans le pays, touchées par le phénomène …


Advertisements

2 Commentaires

Classé dans Les gros titres

2 réponses à “La saison des pluies

  1. Djamel

    La ressemblance avec l’extrait du bouquin de Murakami est surprenante ! Comme quoi il ne parle que du « monde des reves », comme beaucoup de critiques littéraires simplistes ont pu le penser.
    A priori, selon le net, le fait que des poissons « pleuvent » n’est pas un phenomene si rare que cela (tempete, oiseaux…), mais ca l’est bien plus pour les tetards. Serait-ce un coup des Tengu ?…peut-on lire un peu partout.
    Puis petite rectification : ce n’est pas la ville d’Ishikawa mais le departement qui se trouve plutot au centre-nord du Japon. Tres beau coin au passage…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s