Le matsuri du dépot de collecte du papier

 

 

Un instant(ané) s’il vous plait, 

 

 » – Eh ! Reveille toi, viens voir ce qu’il se passe dehors derrière la maison ! « 

Parfois, selon la direction du vent, on peu entendre l’agitation qui règne sur la grande route voisine, la 254 où la Kawagoe-kaido. On y entend parfois ces ambulances, qui l’empruntent toutes sirènes hurlantes et on se dit que cela ne doit pas être de tout repos de vivre juste au dessus de cette route.  Dehors, derrière la maison il y a, une petite salle communale, la shukai-jo n6 et son petit terrain attenant, il y a un manga-kissa qui occupe le bâtiment d’un ancien marchand de meubles dont les lumières rouges illuminent le quartier la nuit tombée, il y a un love-hotel dont les néons bleus fluorescents illuminent le quartier la nuit tombée, il y a aussi un petit pressing et juste derrière, il y a un centre de collecte du papier pour le recyclage, dont le va-et-vient des camions rythme l’endroit, jusqu’à la nuit tombée. 

Nous sommes allés à la fenêtre voir le spectacle annoncée par les sirènes d’une dizaine de camions de pompiers, il était un peu plus de deux heures. De grandes flammes s’envolaient vers le ciel. Des conversations s’echappaient des talkie-walkies, des hommes s’activaient. On esperait que ce n’etait pas le petit pressing qui prenait feu,  la ou habite le petit Yuki, un camarade de classe de Lumika.

« – He, mais ça vient de l’usine de collecte du papier ! »

Et puis, on a vu un grand flash éclairant tout le quartier d’une lumière brève et intense avant de le plonger dans l’obscurité. L’incendie avait endommagé un câble électrique qui alimente le quartier. A présent, seuls les flammes, les gyrophares et les torches des pompiers éclairaient la nuit.

J’ai alors quitté mon poste d’observation, enfile un gros pull-over puis j’ai descendu les escaliers à tatons et je me suis dirigé vers le coeur de cette agitation nocturne.  

 

image043

 

Comme tout le monde en fait ! Je n’étais pas seul, il étaient très nombreux à avoir quitté leurs futon pour être au coeur de ce presque apocalyptique spectacle. Des voisins que je connaissais, que je saluais et des voisins que je n’avais jusqu’alors, jamais vu. Des gens en robe de chambre qui courraient dans toutes les directions, d’autres qui parlaient en petits groupes en faisant de grands gestes en direction de l’usine, cela malgré l’épaisse fumée qui irritait nos yeux et notre gorge.

 

image045

 

image047

 

image046

 

image044

 

A trois heures trente, l’incendie était maîtrisé,  l’électricité rétablie, les voisins recouchés, quelques pompiers et policiers restaient à veiller sur l’usine qui avait fait le spectacle. Le lendemain, des rumeurs alimentaient les conversations sur l’origine de l’incendie, une tentative de fraude à l’assurance ?

 

image0482

Publicités

2 Commentaires

Classé dans un instant-ané- s'il vous plaît

2 réponses à “Le matsuri du dépot de collecte du papier

  1. « puis j’ai descendu les escaliers  »

    Le tueur de la marche a encore frappé….:-°

    Sinon, j’adore la photo 044, elle est superbe O<O

  2. Laetice

    Petit aparté après avoir vadrouillé un peu au hasard des liens sur ton blog… bon anniversaire à Lumika!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s