Le Michelin nouveau est arrivé

Il est sorti et presque au même moment que ce vin qui revient chaque année que l’on appelle souvent ici, tout simplement « nouveau ». Et tout comme l’édition de l’an dernier, il s’est très bien vendu dès sa sortie. Il faut dire que, Novembre est un excellent moment pour sortir quelque chose sur le marché au Japon. Entre Halloween et Noel, il n’y a pas grand chose pour nourrir les medias en infos commerciales et le buzz a parfaitement fonctionné. A cela, on y ajoutera que Tokyo étant déclaré capitale mondiale de la gastronomie au vu du nombre d’étoiles décernées par ses inspecteurs, voilà qui devait aussi participer au succès du … guide ; du guide ! Du guide  ? 

Voilà, que du super-toqué dans ce Michelin millésimé 2009, du brillant, de l’étoilé et comme le répète sans arrêt, les auteurs de l’ouvrage : on y a mis que la crème de la crème ! Ou top du pop ! 

Les souvenirs que j’ai de ce guide sont pourtant tout autres. Je me souviens que tu  pouvais débarquer dans n’importe quel patelin de France – ou presque – et trouver ton bonheur gastronomique cela à condition d’être un personnage prévoyant qui a toujours son Michelin dans la boîte à gants. Ce guide donc, qui te permettais de choisir entre la truite meunière de « la vieille chaumière », fromages ou dessert et entre le menu « étape gastronomique » du restaurant de l’hôtel « du parc » et ainsi dîner avec les notables du coin ! Le guide 2009 tout comme celui de l’an passé ne s’intéresse qu’à Tokyo ( ce n’est pas un problème ) mais se permet de ne s’intéresser qu’au seul haut de gamme de la capitale nippone.

Alors certes, il était certainnement impossible d’écrire un guide complet sur tout ce que compte Tokyo en restauration – 160 000 établissements parait-il – je comprends qu’un choix éditoriale était alors nécessaire. J’ai néanmoins l’impression, après avoir longuement parcouru ce « guide », qu’un collègue avait acheté avant de se rendre au travail, que ne sont présentés et récompensés uniquement ces grandes maisons qui sont depuis déjà belles lurettes sous les feux des projecteurs. Alors bien sur que l’on y mange bien dans ces restaurants sélectionnés ; à l’instar des Troisgros Tokyo ou Tateru Yoshino dont j’ai eu la chance de goûter leurs cuisines (merci encore Clarence !) et je ne me permettrai surement pas de remettre en cause leurs étoiles parce que c’est vrai que l’on y mange bien, la vache !

Mais ! j’aurais apprecié pouvoir me régaler de surprises, venant de ces petits restaurants inconnus qu’auraient déniché nos inspecteurs, de ces petits établissements qui n’ont jamais eu accès « à tout ce bruit » que l’on sait si bien orchestrer dans ce pays. Cela est bien dommage, surtout que je me souviens d’une de ces categories Michelin, « vaut le detour » qui aurait pu prendre place dans l’ouvrage et dont aurait pu bénéficier quelques discrètes mais néanmoins excellentes maisons de la capitale. Ce qui aurait également pu etre très utile à tous ceux qui ne peuvent mettre 15 000 yen par tête, sans les vins, sans les taxes, dans un menu gastronomique. On aurait eu droit à un chouette guide, non ? 

Et puis, … Ils ne se sont pas fait que des amis en choisissant de sortir un guide qui s’intéresse également à la cuisine locale, à une cuisine que seuls les Japonais peuvent réellement comprendre ! Il en a coulé de l’encre à ce sujet ! Sur ce coup-là, je pense qu’ils n’ont pas été très filous du côté de Clermont-Ferrand. Pour ma part, si j’avais fait parti de l’équipe de m’sieur Naret, j’aurais proposé en réunion que l’on s’inspire carrément de la conquête du monde de l’industrie automobile nippone du début des années 80. Sans rentrer dans les détails, j’y aurais commencé plutôt mollo en ne m’attaquant uniquement qu’à cette cuisine internationale présente à Tokyo, cela afin de gagner en credibilité. Je suis certain que tout le monde aurait applaudi des deux mains. Puis, pour l’édition 2010 ou 2011, j’aurais à l’aide d’une campagne sur-médiatisée, présentée à la presse mes inspecteurs exclusivemement nippons – qui roulent en Michelin – qui connaissent, reconnaissent et apprécient la gastronomie japonaise. Je les aurais présenté coiffés d’un casque à la Daft Punk, parce que ce sont tout de même des inspecteurs Michelin, hein ! 

 

image017

 

Toute cette littérature donne évidemment faim, et bien qu’à Ikebukuro il n’y ait pas d’étoilés, je m’y suis restauré quant même, pour le déjeuner dans un petit restaurant de cuisine française, situé en sous-sol qui … « Vaut le détour ».

 

image2153

« – Moriawase de hors-d’oeuvres ; aubergine marinee et ratatouille froide, saumon fume maison, jambon cuit maison, galantine de volaille … »

« – Non ?? Maison le jambon ? »

« – oui, bien sur ! »

Quel idiot je fais, bien sûr que tout est maison ici, de la charcuterie aux sorbets, à l’exception du pain et du beurre. Je le connais bien ce restaurant.

image2154 image2155

Deux plats chauds à choisir parmi quatre, j’opte pour une langue de boeuf et de l’agneau à la provençale, légumes vapeurs. Un moelleux chocolat; un bavarois au vin blanc et un pain-pudding pour terminer. Allez, vas-y dis combien ? … Non … Non plus … 1260 yen, café compris !

Bon alors, c’est quand que vous nous le sortez ce guide Michelin Tokyo ? 

 

 

Le saumon fumé maison, c’est pas des conneries !

image396 image487

 

 

image2224

Le Michelin, vente à la criée.

image2246

Des dizaines et des dizaines de périodiques avaient déjà attribué des récompenses à des restaurants étoilés par Michelin… Rien de nouveau en fait ?

 

Au fait, pour information : Troisgros est au Japon avec le groupe de Department-stores, de transport ferré et de construction Odakyu, Ducasse (Beige) est associé à Chanel, le chef Ménard et son restaurant L’Osier appartient au groupe Shiseido, etc

Advertisements

7 Commentaires

Classé dans Autour d'un plat, Societe de consommation

7 réponses à “Le Michelin nouveau est arrivé

  1. Comme d’hab, c’est un billet aux petits oignons. Et pour cette deuxième édition, beaucoup d’esbrouffe, comme d’hab.

    Sinon, dans cette confluence business-bouffe, tu aurais pu citer les joint-ventures entre le fieffé Hiramatsu et Haeberlin, Bocuse (affreux ceci dit à Tokyo) ou encore les frères Pourcel. Une véritable main mise sur la gastronomie française et un élevage en batterie de chefs nippons gavés au cordon bleu…

    Tricatel quoi.

    Et sinon pas de quoi pour Tateru Yoshino, c’est toujours un plaisir de dîner avec Monsieur !

    Clarence, Big Mac lover

    PS: Ah non, j’oubliais, on va te péter la gueule avec Sanji, parce que des adresses comme ton « Vaut le détour » mériterait un petit copier/coller dans Secret Japan. Egoïste va !

  2. N

    L’addresse du détour, SVP !

    Le concept même du Michelin est faussé en terre nippone, puisqu’on ne peut publier ligne ou cliché sans l’accord du restaurateur…

    Enfin bref !

  3. emi

    Je prefere lire 「絶滅食堂」par なぎら健壱, range a cote de Michelin^^
    emi, tamori-club lover

  4. Très fin, ce billet, ça se mange sans faim.

    Et l’adresse du resto, on peut l’avoir, où on se le fait ensemble un de ces jours ? c’est dans mes prix, pour une fois.

  5. Même déception l’année dernière quand nous avons acheté la première édition. Que des étoiles hors budget, nous n’avons rien testé…
    Par contre, l’adresse du resto « vaut le détour » à ikebukuro, ça m’interesse!

  6. une fort belle reflexion , cependant est t’il possible d’avoir l’adresse du resto? j’aurais peut etre le temps d’y passer la prochaine fois que je vais au japon….ça donne envie….

  7. Ouais c’est vrai, j’aurais pu renseigner le principal apres avoir mis l’eau a la bouche ! Le restaurant en question s’appelle « Marguerite » (comme la comedie musicale) et est donc situe a Ikebukuro a 2mn a pieds du Grand-Magasin Seibu :

    access :
    http://r.gnavi.co.jp/g285301/map1.htm

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s