Zen

 

 

 

« – Degage de la. Tu es trop pres de moi, tu pus ! « 

Le shochu on the rocks m’avait légèrement chauffé les oreilles, pourtant je n’en avais pas bu tant que ça. Juste ce qu’il faut en fait pour me transformer en superhero justicier, comme cela arrive parfois dans ces moments et a chaque fois dans le train.  Les affiches placardées ici et là, jusqu’à l’an dernier par la compagnie de chemin de fer, invitant son aimable clientèle à adopter les bonnes manières pour une meilleure vie en société, ne sont pas suivies par tous. Ici, la racaille du train de banlieue porte souvent le costume-cravatte. Apres une longue journée passée à caresser son patron dans le sens du poil et après quelques verres dans le pif, un fort besoin d’affirmer sa virilite se fait sentir chez certains qui alors se donnent en spectacle dans l’anonymat du transport collectif.

 

 » – Tu entends ce que je te dis ? Retourne toi et montre moi ta sale face d’abruti « 

L’homme à qui était adressé cette poésie ne prit pas la peine de se retourner et continuait a deviner à travers la fenetre le paysage qui défilait dans la nuit. C’était le dernier train pour Kawagoeshi et, bien que lundi, la rame était bondé et transportait son lot de salary-men alcoolisés mais bien entendu, pas autant qu’un vendredi soir. Alcoolisé, il devait l’être aussi sûrement ce quinquagénaire au costume rayé qui avait prit en grippe son voisin qui s’était adossé à la porte et qui visiblement devait faire de l’ombre à notre homme. Ils avaient très certainement à peu pres le même âge. 

 

 » – Allons mônsieur, c’est le dernier train, c’est normal que celui-ci soit bondé, non ? »

L’homme au costume rayé me fit un clin d’oeil complice me disant en substance « attends tu vas voir on va s’amuser un peu. » Et l’autre, de me regarder en levant les yeux d’un air tout aussi complice qui semblait quant à lui me dire ; « Oui, tu parles d’un abruti de première« . Ce dernier portait un costume sombre et discret tout ce qu’il y a de plus classique et était peut-être de ce fait, un petit employé de bureau sans grande responsabilité qui rentrait à son domicile après avoir offert à son entreprise quelques heures supplémentaires. C’est tout du moins ce que je m’imaginais en tant que simple spectateur.

 

 » – Allez descends, viens on descend tous les deux. »

« – Non, je ne descendrai pas du train, ce n’est pas encore ma station »

Il descendra pour laisser le passage aux voyageurs qui etaient quant à eux, arrivés à destination puis dû lutter pour retrouver sa place contre la porte du train et cette fenêtre qui lui permettait de regarder à nouveau défiler ces bâtiments d’habitations, ces routes encombrées illuminées de rouge et de blanc, ces quelques parcelles encore cultivées qui temoignent d’une ancienne activité maraîchère dans cette grande plaine du Kantô. Il dû lutter car repoussé a plusieurs reprises par son contemporain qui souhaitait vraiment avoir le dernier mot.

 

 » – En fait tu es un bon a rien, c’est ça, tu ne sais rien faire, tu n’es qu’un moins que rien ! 

 » – Oui voila, c’est ca, je suis un bon a rien »

 

 » – Et comment ca se fait que tu ne sais rien faire ? Hein ?! »

 » – Veuillez m’excuser …

 » – C’est donc vrai, tu ne sais rien faire alors ! »

« – Je suis desolé, excusez moi »

« – Allez tu … Descends je te dis »

 » – Non, excusez-moi, excusez-moi … Excusez-moi »

Oui j’étais plutôt surpris du comportement de notre homme au costume discret et ce, alors que son « compagnon de voyage » assena un violent coup de poing contre la porte métallique de la porte du train, élevant ainsi un peu plus haut le degré de provocation. En y réfléchissant bien et après analyse de la morphologie de nos deux protagonistes,  tout laisse à penser que notre petit salary-man aurait pu régler rapidement l’affaire en acceptant l’invitation, voire peut-être même en élevant à son tour la voix mais au lieu de cela, seules ces excuses répétées semblaient vouloir concluer l’entrevue.

 

 

 

 » – sumimasen « 


 

 

L’homme au costume rayé, fini par descendre, tout seul. C’était sa gare de destination. L’homme au costume discret me sourit.

 

 » – Je suis désolé, excusez … Il avait bu et était saoul »

 » – Non non, ne vous excusez pas … » 


 

L’homme au costume discret le superhéros de la soirée.

Advertisements

12 Commentaires

Classé dans Densha de go !, les gens

12 réponses à “Zen

  1. Des fois, malgre la morphologie, la puissance de l’esprit fait la difference.
    Comme les racailles de paname qui n’hesitent pas a defier des gars qui font 2 fois leur poids juste en jouant sur l’agression mentale et la peur que tout ceci peut creer.

  2. beaucoup de justesse dans ta description de la situation. merci.

    A lire ton blog, le métro Japonais est surréaliste.

    Tu t’es encore rendu invisible pour réussir à prendre des photos!

  3. « Comme les racailles de paname »

    C’est de moi que tu parles ??????

    Enculé !!!!

    « A lire ton blog, le métro Japonais est surréaliste. »

    Bizarre, moi qui croyais que c’était plutôt celui de Paris…

    Clarence, subway walker

  4. yosh'

    d’où ma préférence pour les trains ^^

    tant que le mental est là, on est supérieur LOL

  5. Ca me desole de voir qu’on peut tomber si bas et si facilement dans l’insulte. Pff.

  6. Oldergod, si tu fais allusion au précédent commentaire de Clarence, je crois que c’est à prendre au second degré (histoire de coller au contenu de ce post) Tu connais Clarence tout de même

  7. Suparoban, si tu fais allusion a mon precedent commentaire, je crois que c’est a prendre au second degre (mais que seul Clarence peut-etre comprendra)
    Tu me connais tout de meme !

  8. emi

    そうだよ、あたしなんていつもいぢめられてるもーん!笑

  9. lolo

    Hé, les mecs, soignez vos effets quand vous faites du 2nd degré ! On finit par ne plus rien comprendre.

    Oldergod : ton « premier » commentaire, c’était aussi du second degré, n’est-ce pas ?…

  10. @Clarence: l’un n’empêche pas l’autre.
    Je suis ni jaloux, ni parisien. 😉

  11. bern

    Et bien, voilà encore un post qui sent le vécu! Rien qu’à le lire, on humerait presque l’haleine du saoulard…;-)
    Cela me fait penser à ce visuel de la campagne pour les bonnes manières dans le métro que j’avais vu à Tokyo cet été (avec les slogans « Ie de yarô », etc). Après le jeune mec qui écoute trop fort sa musique dans ses écouteurs, après la nana qui se maquille dans le train, après le routard dont le sac à dos gêne les autres voyageurs, ce visuel représentant carrément un salaryman en train de… gerber dans le dernier métro ne m’avait pas peu frappé.
    A l’heure où, à Paris, les autorités serrent la vis contre l’alcoolisme des ados, à Tokyo serait-ce surtout l’alcoolisme des quinquas qui pose problème?

  12. Le mec fait le coq mais c’est super rare de voir de la vraie baston au Japon, pas vrai ?
    Probablement un peu moins rare a Tokyo ou Osaka mais a Sapporo (2 millions d’habitants quand meme !) en 8 ans je n’ai jamais vu un mec qui gerbe ou qui cherche la merde dans le metro. Jamais !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s