Chez Kura-zushi

Aujourd’hui, c’était jour de congé. Aujourd’hui ce sera Kura-zushi !

Je pense à ce blog d’une journaliste établie à Tokyo qui avait vanté dans un de ces billets (de son blog) la qualité de vie dans l’Archipel. Elle ne comprenait pas ces statitistiques qui expliquaient que les Japonais n’avaient toujours pas retrouvé le moral malgré une reprise économique significative. J’aurais pu envier son statut et sa liberté mais ces écrits étant si souvent à côté de la plaque qu’il n’en était rien en fait. Je pense à tous ces petits cons jeunes qui laissent leurs traces dans ces forums dédiés au Japon et à sa culture : Ses manga, son animation, sa technologie et puis ses temples parce qu’il faut bien et puis parce que quoi d’autres ? Sur « le Japon.fr » aussi, et ces commentaires récurrants « Je veux vivre au Japon, balayer, faire la plonge, faire des métiers qui n’existent pas mais, vivre au Japon !

L’unique jour de repos de la semaine, je voulais le passer avec Lumika. Rien que tous les deux. Je lui avais promis de l’emener manger des sushi dans un endroit rigolo. Nous avons donc été chez Kura-zushi, un kaiten-zushi, … Un restaurant de sushi à comptoir tournant organisé en chaine. Ca tombe bien, actuellement ce sont les vacances d’été au Japon aussi et son cours hebdomadaire de piano n’est qu’à seize heures, après on ira au game center, manger une glace aussi peut-être.

Parce qu’à la maison, c’était sushi-ya (*) durant plus de trente ans, jusqu’à ce que Teruko se décide de passer la main. Un repas au kaiten-zushi, voilà bien une sortie qui ne pouvait intéresser que nous deux et qui faisait de nous, des complices, cela faisait longtemps ! Faire fis des sacrilèges et s’en mettre plein la panse pour pas cher même si, c’est vrai que c’est pas toujours super bon. Surtout lorsque autour des sushi au thon, à l’oursin, à la seiche se glissent sur le tapis mécanique quelques horreurs comme ces sushi salade de mais-mayo,  steak haché ou encore chiken-zushi. Kura-zushi était en fait une découverte pour moi. Je mange de temps en temps dans ces petits kaiten-zushi ou est présent un vrai itamae dont les sushi sont, selon les établissements, parfois plutôt bons. Un gros kaiten, c’etait une première !

(*)Sushi et Asahi Sushi d’Automne Les sushi o-shougatsu – etc …

Et il faut dire que l’on s’est bien amusé tous les deux, à commander nos sushi non présent sur le tapis à l’aide de l’ecran tactile disposé au dessus de notre table. A regarder l’animation jouée sur ce meme écran annoncant l’arrivée de notre commande sur le tapis ou encore, à attendre la roue de la chance nous permettant de gagner un jouet dans une capsule.

 

 » Bon ! La prochaine fois, on se fait un yaki-niku ! Ok ?

Certainement tres rapidement même, on ira se manger de la viande grillée, dans un restaurant rigolo organisé en chaine, tous les deux. Parce qu’il faut que je prenne une journée dans la semaine pour renouveler mon visa qui expire le mois prochain. Parce que, je … Je ne peux pas rentrer je crois !

 

Publicités

12 Commentaires

Classé dans Autour d'un plat

12 réponses à “Chez Kura-zushi

  1. yosh'

    ah oui, en effet, non pas que la France ne t’aime pas mais TU NE PEUX PAS RENTRER !!!

    mais ces sushi sont bizarres… à tester tout de même

    je suis plus katsu et yaki quand même

  2. Décidément, la qualité de vie est un débat sans fin…

    Je ne reviens pas sur que j’ai exprimé ailleurs, tout juste si je pense à ces adolescents qui veulent tenter le tout pour le tout dans le pays des « rêves ». Est-ce seulement le Japon qui attire ou la France qui dégoûte ?

    Bon courage avec les services d’immigrations !

    Clarence, Lorie attitude

  3. Vous communiquez en japonais ou francais uniquement ou vous faites des mixtes? (Peut-etre que tu utilises plus le francais et elle le jap?)
    Clarence, je ne suis pas un « tout pour le tout » member mais dans mon cas, je voulais simplement partir a la decouverte de « quelque chose » et ce quelque chose, il s’est avere que c’etait les japonais!

  4. Older, petit coquin, tu peux tout nous dire… Avoues que c’était pour les japonaises ! 😉

    En même temps, si t’en pinces pour ces messieurs, ça se comprend très bien aussi…

    Simplement, pourquoi éprouver le besoin de se justifier quand on en vient au Japon ? C’est mal de dire « mangas, akihabara, maid… » ? C’est mieux d’évoquer « Kawabata, Dasai ou Hokusai » ?

    En prenant le début du post de Roban, et en pensant à la destinée de ces adolescents français rêvant du pays où la plonge rapporte 850 Yens de l’heure, je me pose sérieusement la question de savoir si quelque chose cloche en France, où si le pouvoir d’attraction du « Cool Japan » dépasse de beaucoup celui de Mazinger Z !

    Et sinon Kobe, bien ou bien ?

    Clarence, futur WH chez Kappa Sushi ?

  5. M’en parle pas de ces japonaises, j’en ai mal a la tete!

    Est-ce que ces ado reveurs sont assez nombreux pour pouvoir identifier ce probleme a la jeunesse francaise? N’y a-t-il pas d’ado reveurs non francais?

    Kobe, c’est plutot bien et bien 😉

  6. Older, personne ne parle d’un problème inhérent à l’ensemble de la « jeunesse française » (on dirait un titre de Saez !) et surtout pas moi. J’ai parlé « d’adolescents rêvant d’un pays où la plonge rapporte 850 Yens de l’heure », ça me parait pourtant compréhensible. Quand à se demander s’ils sont suffisamment nombreux, je pense sans me tromper pouvoir répondre par l’affirmative. Si j’ajoute que certains sont en plus capable de tout pour atteindre leur « graal »…

    Après, les considérations généralistes sur les rêves d’adolescents à travers la planète, je te laisse les débattre tout seul.

    Simplement, j’en tire un constat assez limpide chez nos amis adolescents (et le phénomène est mondial): le Japon attire frénétiquement, la France, bah, pas trop en fait…

    Tiens, et Tokio Hotel, ça joue sur quel ligne ?

    Clarence, bientôt du côté de chez toi !

  7. Ama

    >Je veux vivre au Japon, balayer, faire la plonge, faire des metiers qui n’existent pas mais, vivre au Japon !

    Ah, y’a un « plonge-visa » ? XD

    Ama, ペットビザ検索中

  8. What are you going to do in Kansai??
    Voir un match des tigers?

  9. Pav

    Ama : bah si tu veux on peut t’engager comme homme de menage et babysitter … on te louera la chambre d’amis que tu connais deja :p

  10. « What are you going to do in Kansai??
    Voir un match des tigers? »

    Et les Kobéennes ? C’est de la merde, c’est ça ? 😉

    Pav, mes amitiés au bougre barbu !

    Clarence, partout et nulle part

  11. Je ne critique nullement le fait de rever vivre au Japon. Autrefois, c’etait les US qui faisaient rever et son way of life. Le reve americain qui nous a laisse des Johnny et des Dick Rivers en heritage. Aujourd’hui c’est le Japon. Deux epoques differentes mais avec une difference qui m’interpelle. Dans un des blogs que je mentionne dans mon billet, je lisais le commentaire d’un jeune garcon qui souhaitait faire routier a l’international pour esperer desservir le Japon a bord de son 38t au depart de Paris ! Aurait-il pense a exercer ce metier s’il avait reve des Etats-Unis ? Pourquoi le fait de rever du Japon empeche t-il de reflechir ? Je me pose la question.

    Pour repondre a Oldergod : je parle a ma fille en francais qui nme repond en japonais ! C’est dommage mais il m’etait impossible de m’organiser differement. Ni l’argent pour inscrire la petite dans une ecole franco-japonaise distante a une heure de metro de la maison, ni le temps pour communiquer quotidiennement avec elle. Et voila le resultat.

  12. A l’époque de Johnny et Consort, l’information n’était qu’une sempiternelle propagande Est-Ouest s’accommodant facilement de la réalité. Aujourd’hui, à l’heure d’internet, le renseignement et l’information ont pris une toute autre ampleur.

    Ce qui n’empêche pas, comme tu le dis, d’observer une cécité et une absurdité bien vindicative quand il s’agit du Japon…

    En même temps sur le Japon.fr, sans chercher à polémiquer sur les articles, les commentaires frisent une indigence triste et souvent dithyrambique pour l’auteur, sans parler du règne des « moi j’ai entendu dire qu’au Japon » et des fréquents « Wa tro canon, je kif le japon, j’veu tro y allé ! »…

    Le jeune qui imagine entrer dans une compagnie de Fret Routier Européen pour livrer au Japon, n’en est qu’un exemple type.

    On ne peut pas vraiment en vouloir au rédacteur du blog, probablement rémunéré à vendre une image du Japon qui rentre dans des critères aussi divers que les voitures, Akihabara, les objectifs photos ou le tourisme… Certains vendent de la lessive, lui, c’est un « rêve nippon » protéiforme.

    Tout le monde n’a pas l’ambition (ni l’envie ou les moyens) de faire du « Lionel Dersot », n’est-ce pas ? 😉

    Clarence, bloggeur de seconde zone

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s