Miki

Le train quittait à present la gare de Shiki où il venait de marquer un arrêt, où il s’était déleste d’une bonne partie de ses voyageurs même. Ce qui alors me permettait enfin de m’assoir et pour encore quelques stations avec pour voisins, des salary-man endormis, des femmes sur le retour après une journée de shopping à Ikebukuro et des lycéennes en tenues de gymnastique. La nuit etait deja tombée depuis un moment et les néons  qui diffusent une lumière blaffarde a l’intérieur du semi-express ne permettaient pas de poser ses yeux sur le decor qui défilait derrière les fenêtres du train … Et puis, de toute facon, je le connais par coeur ce paysage. 

« – Waaaoh »

Je me suis mis à suivre du regard cette jeune fille qui traversait la voiture en ma direction. Malgré les talons hauts qu’elle portait et le balancement du train, sa démarche était fluide et assuree. Elle portait un mini-short en jeans moulant tandis qu’en haut, une tunique blanche agrémentée d’un decolléte plongeant laissait entrevoir les dentelles de son soutien-gorge ainsi que le haut de ses seins. Elle avait les cheveux longs, des cheveux longs qui se balançaient en ordre de gauche a droite, rythmés par sa demarche … Oui, exactement comme dans une pub télé pour un shampooing ultra-doux ! Ils étaient teints en une couleur que l’on pourrait presque qualifier de blond. Enfin, son maquillage discret ne venait pas tout gâcher comme cela est souvent le cas sous ces latitudes. Je pouvais alors imaginer (je n’avais que ça à faire) qu’elle avait eu ce train de justesse ; qu’elle avait sans doute traversé quelques wagons afin de se rapprocher des escaliers de sorties de sa gare de destination. Elle avait tout aussi bien pu traverser cette rame afin de chercher une place assise disponible.

Elle mit fin a sa « course » et s’arrêta devant moi, juste en face de moi.  Je ne m’en étais pas rendu compte sur le moment mais j’occupais deux places, alors je me rapprochai de mon voisin de gauche afin de partager la banquette que j’occupais. Puis je lui fis je crois bien, un petit signe lui signalant qu’elle pouvait à présent prendre place ; n’ayant bien sûr strictement rien contre, a ce qu’une très jolie jeune fille vienne s’assoir à côté de moi, j’étais cependant surpris ; des places libres, il y en avait plus d’une dans cette voiture.  Seulement, elle restait immobile ainsi debout devant moi. En levant les yeux, je la vis me sourire tout en me faisant quelques salutations de la main.

« – Euh … ?! »  

Oui, et comme cela m’arrive parfois, je ne voyais pas du tout à qui j’avais a faire. Surtout que je ne me souvenais pas d’avoir dans mon entourage feminin, ce genre de jeune fille a l’allure ; a la plastique … enfin bref !

« – Ginza … ! ? Tu te souv … « 

 Je la coupai immediatement car Je venais de comprendre qui était le mannequin qui me faisait face dans ce semi-express qui avait pour destination Shinrin-koen. C’est a sa voix que je reconnu Miki ! Une voix légèrement « cassée » qui lui donnait un charme fou.

 « – Oui, oui … Miki !! Quelle surprise ! Tu as pas mal changé »

Elle acquiessa. Nous travaillions ensemble dans ce grand magasin de Ginza. Elle vendait des patisseries jusqu’en janvier dernier. Nous avions eu par le passé, l’occasion de rentrer ensemble puisque nous habitons tous les deux sur la meme ligne de train. Cette même ligne où nous nous trouvions ce soir et c’est vrai qu’elle avait changé. Elle avait quitté le monde des gâteaux pour un nouvel emploi dans une école maternelle privée. Elle m’avait expliqué à l’époque qu’elle adorait les enfants et qu’elle souhaitait travailler dans l’éducation.

« – Je ne travaille plus dans cette youchi-en dont je t’avais parlé à l’époque, ce serait trop long à expliquer, … Et toi ? Comment ça se passe a Ginza ? »

Je lui expliquai à mon tour, que j’avais cessé de travailler dans ce department store, je lui parlais de ma nouvelle activité nourricière (ce serait trop long à vous expliquer). Elle me dit que j’étais beau en costume.  Je lui demandai ou elle se rendait ainsi. Elle se rendait à son travail, à Kawagoe.

« – Ah !? Tu travailles dans un bar ? … « 

« – Pas vraiment, enfin … Un pub, un … club. Un … »

Il aurait été difficile de ne pas comprendre dans quel milieu elle évoluait à présent. Bien different de celui des patisseries, encore plus de celui des enfants. Sa tenue vestimentaire qui l’avait complètement transformé, m’avait déjà mis sur la voie de ce qu’elle allait me dire.

« – Euh … Kyabakura. je travaille dans un kyabakura a Kawagoe ! Tu vois à peu pres ce que c’est ? »

Je lui expliquai que j’avais deja passé une soirée dans un tel lieu. Elle me sourit. Je la sentais un peu plus décontractée.  Je lui demandai alors l’adresse du club où elle offrait ses services, il n’est pas exclu que si je passe dans le coin … Elle sortit une carte de visite du kyabakura ou elle y inscrit son nom ainsi que son téléphone au dos.  Je plongeais dans son decolleté. 

« – N’hesite pas. Viens me voir, tu … Auras droit à quelques services ! »

 

Advertisements

5 Commentaires

Classé dans les gens

5 réponses à “Miki

  1. yosh'

    quel programme !!!

    on attend la suite de l’aventure 😉

  2. Oh non Oldergod ! Pas « quel homme » … Impossible de reconnaitre la demoiselle apres seulement quatre mois sans se voir. Je mate la jeune fille de loin et lorsqu’elle se presente face a moi, je la regarde a peine ! Si je ne l’avais pas reconnu, c’est que j’avais certainnement les yeux la ou il ne fallait pas … J’ai rien d’un « quel homme » en fin de compte ! Ah Ah Ah !

  3. Tss, tss, tss…

    Tu vas finir comme mon père, Roban, en « dirty oyaji ».

    Euh, si elle est si mignonne et avec autant de coffre que ça, on partagera la découverte…euh… du bar de la demoiselle ?

    Clarence, compagnon de fortune…

  4. sonya

    salut!

    je suis une étudiante de japonais à paris et
    ton article m’a bcp intéressé car je dois faire un dossier sur les « hosuto » et les « kyabakura ». Je voudrais juste, si tu le veux bien, pouvoir te poser des questions sur les kyabakura (et même sur les hosuto si tu as des informations à me donner ^^).
    En fait, je dois montrer dans mon dossier une des facettes particulières du japon et en allant à Tokyo, c’est ce phénomène là qui m’a le plus frappé!

    Donc, s’il te plaît…si tu veux bien me donner un petit coup de pouce et juste répondre à quelques questions, envoie-moi un mail à l’adresse que j’ai donné!

    Merci beaucouuuup

    sonya

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s