Archives mensuelles : mai 2008

Du volume

Elle semblait etre incollable sur les caracteristiques techniques du vehicule en demonstration. Le nombre de cm3, le nombre de soupapes, le couple moteur, la consommation, la finition interieure, l’habitabilite, les coloris disponibles, les delais de livraison, tout, elle avait reponse a tout semble t-il. L’homme quant a lui etait vraiment seduit par l’auto francaise. Il faut dire qu’il est plutot bien reussit ce cabriolet. Sauf qu’au test ultime, l’espace de rangement, oui, le coffre ! Peut-etre un des plus volumineux de sa categorie. Il aurait suffit de quelques petits centimetres, de tous petits centimetres en plus et la contrebasse de ce musicien pouvait etre trimballee partout !   

Publicités

5 Commentaires

Classé dans un instant-ané- s'il vous plaît

Coffee and cigarettes : coffeeroute

J’aime beaucoup m’arreter sur les aires d’autoroutes pour marquer une pause. Pour fumer une cigarettes et y boire un cafe au distributeur. Tout le long du reseau Nexco, je dois bien l’avouer, le cafe n’est pas mauvais dans ces distributeurs. Il y a un choix de plusieurs grains, on peut y doser la force de l’arome, le grammage en sucre et puis, on peut visualiser sur un petit ecran, la preparation de son breuvage comme si on etait au coeur de la machine. Ce qui me plait le plus en fait, c’est la melodie qui accompagne cette preparation que je freudonnerais par la suite au volant durant au moins 200km et ce, jusqu’a la prochaine aire autoroutiere ! 

1 commentaire

Classé dans Coffee and cigarettes, Societe de consommation

En descendant de la montagne …

Hep ! Suivez ce Super Cub !

 

Ma soeur et son mari, leurs enfants aussi, étaient à la maison durant presque deux semaines.  Nous les avons donc emmené au Saitama Craft Center pour y faire du washi puis dans la foulée, faire du toboggan géant et ce toujours à Ogawamachi. En fin d’après-midi, histoire de finir en beauté, nous décidâmes d’aller manger une glace au tôfu avant de reprendre la route. Une glace au tôfu de la petite fabrique de Tokigawa-mura. Seulement, …

« – Tu te souviens du chemin toi pour aller à Tokigawa ? »  

Bien sûr que non. Par chance, à côté de notre auto, sur le petit parking qui dessert l’attraction (le toboggan géant) qui nous avait fait faire le déplacement, il y avait quatre super-cub rouges de la Japan Post. Parce que quatre facteurs étaient attablés à la terrasse de la barraque à Udon, à fumer des cigarettes et à rire aux eclats. J’envoyais Noriko quémander notre chemin à ces messieurs. A vol d’oiseau, cela devait être sûrement très simple, surtout en prenant notre envol depuis le sommet de cette petite montagne où est situé le toboggan géant mais par route, c’est un peu plus compliqué et ce, bien que nous y sommes déjà allés par le passé. Ces quatres facteurs étaient bien sûr, charmant. Chacun y allait de son explication, se voulant être la plus simple et la plus compréhensible possible ; souvent contredite par un des collegues, qui conseillait plutot de contourner la ville, tandis qu’un autre nous soumettait le contraire. Pour mettre fin à ce desordre, le plus gradé d’entre eux, ordonna à un des trois de nous conduire à la fabrique de tôfu de Tokigawa-mura. Au plus jeune d’entre-eux, à Monsieur Okuda (*) qui nous précèdera jusqu’à destination. 

« – Et passez donc un de ces jours a la poste d’Ogawamachi ! »


Nous suivimes donc ce monsieur et son super-cub, d’abord à travers les bois en descendant la montagne, à vitesse soutenue dans les lacets, puis dans la vallée, jusqu’aux pieds des montagnes de Tokigawa où était située notre fabrique de tôfu. Après presque 30 mn de route.

  

yuubin-guide501-1

 

 

Arrivés à destination, Monsieur Okuda, accepta de manger une glace avec nous, ainsi nous nous attablions à la terrasse de la fabrique pour déguster cette sympathique specialité. Monsieur Okuda, venait de Kyôtô, qu’il avait quitté très jeune pour rejoindre Tôkyô et ainsi suivre des cours au conservatoire de musique. Il nous confia qu’il avait rêvé d’être le Richard Clayderman Japonais à une époque. Finallement, il se mariait et entrait à la poste et fut détaché au bureau central d’Ogawamachi. Il avait acheté une petite maison pas très loin de là et nous conseillait d’en faire autant car les prix était encore raisonnable dans les environs. Il était l’heure pour lui de nous quitter, car il avait du travail.

« – Passez donc a la poste d’Ogawamachi, … Hein ! »

 

1 commentaire

Classé dans les gens

My Shasho is rich

Pour se rendre a l’aeroport international de Narita,  on utilisera un des nombreux autocars qui le dessert depuis Tokyo comme par exemple ceux de la compagnie « Limousine bus » ; les services de la JR et son Narita EXpress (NEX), ou bien encore le Skyliner qui lui est exploite par la compagnie de chemin de fer Keisei. Toujours made by Keisei et egalement au depart de Nippori (ou de Ueno), on peut aussi utiliser le « Limited express » qui est cependant moins express que le Skyliner mais deux fois moins cher.

Comme dans tous les trains au Japon, une voix annonce la gare suivante et autres informations et recommandations aux voyageurs. Souvent c’est le shasho a l’arriere de la rame qui se charge du travail. Aussi, de nos jours on fait de plus en plus appel a des voix pre-enregistrees et automatiques. Ce qui d’ailleurs permet de faire des annonces egalement en anglais. Ce qui est pratique, surtout dans un « limited express » a destination de l’aeroport international de Narita. Chez Keisei, il y a une voix pre-enregistree pour les annonces en anglais. Seulement, ce n’est pas automatique …

Chaque shasho a la lourde tache de presser sur  « play »  du petit lecteur MP3 qu’il sortira de la poche de son veston, apres avoir recherche le morceau correspondant a la section traversee !

Ah, le progres technologique !

 

1 commentaire

Classé dans Densha de go !

Confidentiel

Bon premier mai. Bouquets de muguet et defiles du premier mai. Une annee, j’avais assiste a un sage defile du cote de Harajuku. C’etait peut-etre la seule manifestation liee aux evennements sanglants pour l’obtention de la journee de travail de 8 heures. En meme temps, … Une journee de 8 heures de travail ?!  … Au Japon ?  

Finalement, je l’aurais trouve mon defile du  1er mai. Un peu par hasard, alors que je cherchais dans Ginza, du papier essuie-tout pour le travail ! C’est pas evident de trouver du papier-essuie tout dans ce quartier. Il m’aurait ete plus simple de ramene un sac de marque chic, une montre Suisse ou un anneau incruste de pierres precieuses !

 

 

C’est propret, c’est discipline, on ne manifeste pas au-dela des plots disposes par la marichaussee, on ne traverse pas la rue au « rouge », on ne trouvera pas de camions de frites, non plus ! En fait, ca ne ressemble pas du tout a un premier mai !   

3 Commentaires

Classé dans un instant-ané- s'il vous plaît