Hoppy bonenkai

Il y avait cette petite affiche publicitaire placardee sur un des murs du restaurant dont la specialite de nabe nous avait fait faire le deplacement. Jusqu’a aujourd’hui, le Hoppy est a seulement 50 yen qu’il y avait d’ecrit ! C’etait la promotion alccolique du moment dans cette gargotte dont les employes de bureaux en costumes sombres fournissaient le gros de la clientele. C’etait pour nous, notre bonenkai annuelle version 2007. Notre reunion de fin d’annee fetee dignement entre amis autour d’une fondue et accompagnee de biere. En fait, cette bonenkai s’etait deja tenue fin novembre mais ni Tono ni moi-meme (en voyage dans le departement de Gunma, a Ikaho) n’ayant pu y participer, une version « bis » en petit comite y avait ete organisee. Le prix pratique sur le Hoppy n’etait pas la raison pour laquelle je decidai d’en commander. Depuis le temps, je n’avais jamais goute a ce truc qui fait pourtant partie de ces produits intemporelles de grande consommation au meme titre que la Super-Cub de Honda, la sauce Bulldog, la mayonnaise Kweepie, les biscuits Bisco ou les cup-noodle de chez Nissin pour ne citer qu’eux. Il faut dire que je ne savais pas jusqu’a ce jour comment on devait boire cette boisson.

Ce soir la, je pouvais enfin compter sur une pro du Hoppy (et pas seulement) qui allait nous dispenser un petit cours sur la question. Nous, car avec l’esprit de groupe qui caracterise mes contemporains, tout le monde aura finallement commande son Hoppy ce soir-la.

 conso-hoppy1.jpg

Le serveur nous apporta nos petites bouteilles au design d’une epoque revolue ainsi que nos chopes remplies a la moitie, de shochu

« – Bon deja, ca va pas la ! On ne met pas de glaces avec le Hoppy ! »

Apres la guerre, ils etaient nombreux ceux qui ne pouvaient s’offrir de la biere dans les izakaya, yakitori-ya et autres debits de boissons. C’est en 1948 que naquit Hoppy, une boisson non-alcoolisee qui, melange a du shochu ou plutot a du tres mauvais shochu, offrait au consommateur un ersatz de biere ou tout du moins l’apparence d’une biere. Tout de meme mieux qu’un  « Canada-dry » puisque le shochu tire a 25 degres tout de meme. Tout en nous retracant l’historique de cette besoin, Kaori nous enseignait l’art de bien melanger Hoppy. On retiendra alors, que l’on ne doit pas mettre de glace (comme avec la biere) que l’on verse le contenu de la bouteille, sans aucune precaution afin que cela mousse ! Et voila le resultat :

conso-hoppy2.jpg conso-hoppy3.jpg

nabe-kn.jpg friends-tono.jpg

Le nabe au centre de la table. Fantastique plat d’hiver. Tono et Hoppy

friends-nabe.jpg

Et puis apres tout cela, … Tout le monde etait Happy !

 » -Et ? Hoppy c’est comment ? « 

Un truc alcoolise qui permettait sans doute de faire passer le gout du shochu frelate a une epoque, en faisant passer le truc pour une blonde pure malt … Rien de plus ! C’est pas top ! Hein !

Publicités

1 commentaire

Classé dans Societe de consommation

Une réponse à “Hoppy bonenkai

  1. En effet, j’ai goûté il y a peu, aussi, et c’est pas fantastique. Mais le fait de devoir faire le mélange soi-même est assez marrant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s