Coffee and cigarettes (McDonald’s)

Toujours en quête d’un bon café, dans la mégalopole Tokyoite. Allons bon ! Voilà que je me surprend à pousser la porte d’un restaurant rapide Mac Donald et cela alors que je suis persuadé que je ne trouverai pas mon bonheur en ces lieux. Que voulez-vous, aucune alternative s’offre à moi en ce dimanche de très bonne heure, quelques trente minutes avant de pointer au deuxième sous-sol de ce grand magasin. Les salary-man en congé dominical ne sont pas encore ces promeneurs-consommateurs qui envahiront dans quelques heures, Ginza. Une ouverture aux aurores comme en semaine de ces debits de café n’est pas justifiée ici.

 

titre N°2, « Je ne suis pas la pour travailler comme un malade, je suis la pour faire de l’Aikido et parler japonais »

 

coffandcigaret-mcdo.jpg

Quelques jeunes gens qui ont du passer la nuit à écumer bars et clubs s’offrent une petite collation bien grasse avant de prendre le train, un couple de touristes américain qui ne prendra pas leur petit déjeuner à leur hotel et trois ouvriers du bâtiment  qui prennent quelques forces avant d’attaquer un probable chantier sans doute proche ; il n’y a pas foule dans cette franchise du hamburger. 100 yen le jus noir servi dans un gobelet en polystirene (?), celui-ci est conforme à mes attentes. Rien à ajouter sur le breuvage. Dans le restaurant ca sent la frite comme dans tous les McDonald’s du monde, dommage les fauteuils style « lounge » des salons VIP d’aéroports sont très confortables. Cet endroit est formidable, il motive pour se rendre plus rapidement sur son lieu de travail et de s’offrir une canette de café chaud du distributeur de la salle de pause. Au moins là-bas, il y a moyen de discuter un peu avec les magasiniers ou les livreurs que l’on voit quotidiennement à ces heures.

Entre chaque gorgée de ce breuvage infecte qui a trop longuement été réchauffé dans son bol en pyrex®, je  pense à ce jeune Français, qui vient de débarquer dans la capitale, visa « working-holiday » en poche (lui permettant de vivre et travailler au Japon durant une année)  et qui venait d’être embauché chez nous. « Machin » est passionné par le Japon. Sa culture, ses traditions, ses manga et ses animes et par l’Aikido. L’arrivée de ce jeune homme allait soulager notre charge de travail. Ce qui nous permettra ainsi de pouvoir prendre plus de jours de congés ou tout du moins, de travailler dans de meilleures conditions. Il sait tout faire, il est formidable ainsi, si bien entendu, il est à l’essai chez nous, nous sommes aussi à l’essai pour lui, comme il me l’a dit. Car « Machin » à peut-être d’autres opportunités de travail dans le grand Tôkyô. Il hésite à postuler chez Peugeot Japan parce que son paternel a fait toute sa carrière chez ce constructeur automobile et surtout parce qu’il a fait de longues études scientifiques et qu’il possède une license de japonais ! Parce que le McDonald’s à côté de sa résidence serait prêt à l’embaucher, parce qu’il a moyen de donner des cours de français et de math à 2500 yen de l’heure, qu’il pourrait entrainer une petite équipe de football …

« – Vu leur niveau en équipe nationale, ça devrait le faire ! »

« Machin » a travaillé une semaine avec nous, avant de nous quitter pour une meilleure place et pour un bien meilleur salaire. Je suis content pour lui mais surtout toute l’equipe est soulagée de son départ. Je crois bien qu’il y avait bien longtemps que je n’avais pas rencontré un tel raleur. Si bien, qu’avant de replonger dans mes souvenirs et ainsi d’y retrouver tous ces gens formidables que j’ai laissé en France, il y a plus de deux annees déjà, je me suis surpris (bis) à penser qu’il me serait difficile de m’adapter à nouveau à cette mentalité héxagonale. Non, en fait « Machin » était un cas, un petit capricieux qui ne chercherait donc pas à faire les efforts nécessaires pour vivre à fond son experience nippone. Surtout lorsqu’il s’agissait d’accepter de travailler exceptionnellement en soirée alors que l’on a demandé à être « du matin ».  Je lui avais demande de faire un petit effort, rien qu’un en attendant le retour de congé de Yumiko.

« -Je ne suis pas là pour travailler comme un malade mais pour parler japonais et faire de l’Aikido »

Oui, seulement, le Japon n’a jamais été une référence en ce qui concerne « sa douceur de vivre ». N’était-il pas préférable d’appréhender ce pays en touriste à la place ?

Je repense à Mami-chan qui viendra m’aider à faire la fermeture du magasin alors qu’elle est en congé ce jour-là. Parce qu’elle imagine bien qu’il est pas évident de fermer à la fois la caisse et de tout ranger, seul, avec un type qui ne sait rien faire !

Mini-vibrator 

Ce 11 novembre, juste avant l’orage (et oui !) un tremblement de terre dont l’epicentre etait situe a Ibaraki a fait craquer la maison, cela sur les coups de 19h. C’est le dixieme de l’annee, ressenti dans le departement de Saitama.

Advertisements

8 Commentaires

Classé dans Coffee and cigarettes

8 réponses à “Coffee and cigarettes (McDonald’s)

  1. merci pour ta réflexion.

    Pour avoir été expatrié et être revenu, je situe assez le personnage!

  2. oldergod

    C’est marrant, j’ai une amie qui habite à Ibaraki, elle « se souvient pas » du tremblement de terre 😀

  3. namil

    ce qui me frappe c’est le cendrier sur la table du Mc Do.. Les Mc Do sont fumeurs la-bas?

  4. oldergod

    Namil -> 99% des restaurants et cie sont fumeurs, McDo y compris.

  5. namil

    A ma connaissance pas en Suisse, c’est pour ca que ca m’a interpellé

  6. Sacré français !!!! Où qu’ils soient, ils la ramèneront toujours !!!! 😉

    Sinon, c’est « polystyrène ».

    Ah oui, et pour le cendrier: Roban, tu fumes trop !!!

    Clarence, toujours le mot pour ne rien dire !!! 😉

  7. Raindrop > Pourquoi ? Parce qu’il y en a plein des comme ca ? Tout ceux que j’avais rencontre par le passe etaient si different pourtant.

    Oldergod > En meme temps, il n’etait que de « 3 » sur l’echelle a Richie ! Et de « 2 » seulement a Saitama. Si je l’ai senti, c’est par ce que j’habite dans une maison en bois, qui craque a chaque manifestation terrestre !

    Namil> En fait, fort heureusement qu’ils soient fumeurs ces usines a hamburgers, puisque les rues ne le sont pas ! La majorite de la clientele de ces etablissements y vont aussi pour s’en griller une. Je connais meme un coffee-shop qui a installer un espace non-fumeur de quelques tables dans une « bulle de verre » (habituellement on procede inversement : les fumeurs dans la bulle !)

    Clarenceboddicker > Sacre Francais oui ! Non, je ne fume pas trop, ce n’est que pour les besoins de la serie « Coffee and cigarettes » … A bientot, sur Tokyo !

  8. Malheureusement, il y a comme un traumatisme national.

    J’ai vécu au UK et des « comme tu viens de décrire » il y en a des bandes entières sur les campus. 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s