Le pliage du canard dans la longueur

 conso-journalgp.jpg

Dans le métro de ce matin-là, il était pénible le jeunot dans son costume tout neuf d’employé. Son visage pas encore abîmé par les heures supplémentaires et par les nomikai entre collègues, laissait a penser que cela ne devait pas faire très longtemps qu’il avait quitté les bancs de l’université pour le fauteuil de son bureau en open-space. Il etait appelé certainement à embrasser une grande carrière de salary-man dans son entreprise.

Il était assis juste à côté de moi, dans le train de 07h08 qui à partir de la gare de Wakôshi se « mutera » alors en métropolitain. Ce matin-là, j’avais eu la chance de trouver une place assise. Encore quelques petites minutes et j’allais pouvoir après deux ou trois clignements des yeux, entrer à nouveau dans un sommeil peut-êre profond jusqu’à ma gare de destination, dans 45 mn environs. Cela, comme la plupart de mes contemporains.

conso-journaux.jpg

Le petit jeunot en costume sombre tout neuf assis a côté de moi, qui va embrasser une grande carrière d’employé de bureau d’une grande entreprise nippone, avait quant à lui decidé d’imiter ses ainés et ainsi de lire la presse matinale dans le métro. J’aurais préféré qu’il joue à un jeu de baston sur PlayStation à la place. Car, celui-ci n’était pas encore habitué au pliage du canard dans le sens de la longueur ! Les principaux quotidiens japonais sont au format « Broadsheet » (grand format) et il est quasiment impossible de lire cette presse dans un lieu exigu, surtout si tout le monde s’y met. Si bien que les Japonais ont pris l’habitude de plier ce journal afin de le lire sans gêner son voisin, notament dans les transports publiques. Cette technique n’est pas des plus évidentes pour le néophyte. Ainsi, tout en écrivant ce billet, j’ai essayé cet exercice en tentant de plier le journal de ce matin sans réellement y parvenir. C’était également le cas de mon jeune voisin de ce matin-là qui n’était pas encore au point dans son nouvel habit. Il passait alors, un temps fou à plier, à tourner les pages, à rechercher l’article qui l’intéressait, … ce qui s’accompagnait d’un épouvantable bruit de papier froissé dans les oreilles de ses voisins (dont moi à  sa droite !) Courage bonhomme, tu y arriveras !

conso-journauxlivraisons.jpg

Plus !

Du chiffre : 14 millions d’exemplaires du « Yomiuri » et 12 millions d’exemplaires de l' »Asahi » sont chaque jour vendus au Japon (2 fois par jour). Ce sont les plus gros tirages mondiaux. La plupart des exemplaires sont distribues directement a partir des depots de presse que possedent chaque « gros » journal (dans chaque quartier)  par des livreurs a domicile et cela, a velo ou en « Super-cub« .

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans les gens, Societe de consommation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s