Le toboggan géant d’Ogawamachi

 

Il arrive parfois, que notre fille nous réclame une sortie en famille dans ce célèbre parc d’attractions tenu par une souris qui parle du nez. Je refuse catégoriquement de faire le déplacement de Saitama à Chiba et de passer une journée entière au milieu de mascottes débiles et … gnan-gnan … De plus, elle y a déjà été avec sa grand-mère et une autre fois avec Noriko et des amis à elle. En même temps, je la comprend. On doit en parler souvent à l’ecole de ces « jet-coaster », de ces « main-street » de ces feux d’artifices, de ces pop-corn, et de tous ces produits dérivés made in China flanqués des héros Disney. Mes amis aussi ont renoncé depuis un moment de me proposer des sorties là-bas :

 » – Bah, c’est normal qu’il n’aime pas Disneyland, il est Francais et les Francais n’aiment pas les américains » !

Non, cela n’a rien à voir et je n’ai strictement rien contre ces gens ! Elle pourra y aller à loisirs quand elle sera un peu plus âgée avec ses copines. En attendant, à nous parents de lui faire découvrir des tas de trucs rigolos … Surtout que ce dimanche-là, nous avions à la maison une petite fille du même âge que Lumika, également franco-japonaise. Nous étions autrefois voisins avec ses parents lorsque nous vivions en France à côté de Paris. Elles ont très souvent joué ensemble plus petite. Nous avions décidé de faire une petite sortie tous ensemble, c’était mon jour de congé. On allait faire des trucs rigolos, …  Comme, comme …

 

tobogg

 

« Tiens !! J’ai une idée !! Et si on allait faire du toboggan géant !? »

 

Elle n’était pas tres emballée par cette idée de sortie que je venais de proposer, seule Noriko semblait plutôt d’accord. « Le tobbogan qui est à côté de la maison, … Mouais !«  m’avait-elle répondu.

« Ah mais tu n’y es pas du tout, je veux parler d’un toboggan super-méga géant ! Le Toboggan super-giant de Ogawamachi ! »

Lui avais-je répondu. Un peu à l’image du commercial qui abat sa dernière carte afin de convaincre son client d’adopter sa camelote.

La ligne Tôbu-tôjô dessert Ogawamachi mais étant donné que l’attraction en question est située a 40mn de marche dans la montagne depuis la gare, nous decidâmes d’y aller en voiture. Depuis la maison, il faut compter une heure de route environs. C’est à peu pres le même temps qu’il faut compter en y allant en train. Je m’étais déjà rendu à Ogawamachi par la voie ferrée, il y a peut-être presque deux ans de cela. J’avais fait le voyage uniquement dans le but de voir à quoi pouvait ressembler le terminus de la ligne que j’empruntais quotidiennement !

Le parc de Sengenyama-kouen est situé au sommet d’une petite montagne boisée qui domine la vallée occupée par cette petite ville du département de Saitama, à quelques encablures de celui de Gunma. Il abrite quelques jeux de plein-air pour les enfants, une baraque qui vend des trucs a grignoter et des boissons fraîches, un mirador pour admirer la vallée et bien sur, un toboggan geant -on va continuer a l’appeler ainsi- il s’agit plus exactement d’un « roller-suberidai » ou toboggan à roulettes. En fait, cela pourrait être une rampe de transport de colis que l’on peut trouver dans ces gros entrepôts. Si vous voyez à peu près ce dont je parle … ?!  Sauf qu’ici, l’entrepôt est en plein air et que les colis … C’est nous !

 

ogawa-suberidaistart.jpg ogawa-suberidaigoal.jpg

Dans la « guérite de depart », on doit s’acquitter d’un droit de glissade de roulage, unique ou à volonté. Le prix est presque symbolique. On y achètera également un carton que l’on place sous ses fesses. Je pris donc l’ex-petite voisine avec moi, Noriko prit Lumika avec elle. Nous voila partis pour quelques minutes de toboggan géant au milieu des pins, surplombant le parking et la baraques à trucs. La rembarde semble suffisante pour un gabarit d’enfant, moins rassurante pour moi, surtout dans les courbes. Cela m’a parut interminable ce truc. A deux sur ce carton, et mal positionné, avec le frottement de ces roulettes, à l’arrivée j’avais les fesses qui me brûlaient ! Idem pour Noriko. Lumika, elle, adore. L’ex petite voisine, moins.

« Encore, encore » m’avait-elle dit. Je lui répondai que cette fois, elle ferait un dernier tour mais seule. Qu’ensuite on irait au craft-center de la ville pour y voir la méthode traditionnelle de fabrication du papier japonais. Ogawamachi étant reputée pour cela. Que ce toboggan il faisait vraiment trop mal aux fesses !

ogawa-suberidaicourbes.jpg ogawa-suberidaihaut.jpg

Le craft-center était fermé à notre arrivée. Sur la route, nous vîmes une pancarte annonçant la proximité d’une « éco-ferme ». Sur la route de Chichibu, plus exactement. Noriko se retourna en direction de la banquette arrière, je la regardai par le rétroviseur et je m’écriai :

« -La prochaine fois, on ira là-bas, hein Lumika, ça te dirais d’aller dans une ferme, de voir des vaches et de les traire, …dis Lumika ? »

Elle détourna son regard vers le paysage qui défilait à travers la vitre et répondit : « mou-ais« 

 

 

Publicités

2 Commentaires

Classé dans CartePostale

2 réponses à “Le toboggan géant d’Ogawamachi

  1. Olrik

    Pour un peu, et bientôt tu nous écriras un « Roi Lear », sur l’ingratitude patenté de nos mouflets. Je n’ai pas (encore) d’enfants. Mais au moins, mes fesses sont sauves !

    Olrik, père par procuration…

  2. lolo

    Monsieur Suparoban, merci de nous faire partager le contenu de tes jours de congé, mais qu’en est-il « entre » ? Sauf si j’ai loupé un épisode, je ne pense pas que tu nous ais encore expliqué la nature de ton nouvel emploi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s