Le fumikiri de Tokiwadai

 

Elle était si reposante, si accueillante, très chaude même, cette place sur la banquette  ! Je crois bien que c’était la première fois, que je bénéficiais à cette heure tardive, dans le train de 23h45, d’une place assise. J’en fus extrêmement étonné. Surtout qu’à cause d’un accident de fumikiri, nous quittâmes la gare avec une bonne quinzaine de minutes de retard ; ainsi la voiture ou je pris place était bien plus bondée qu’à l’accoutumée. L' »accident » s’était produit sur les coups de sept heures. C’est ce que j’appris le lendemain, puis les jours suivant à la télévision, lors de speciales Fumikiri de Tokiwadai

Des spéciales avec reporters en « live » car, avec le « Fumikiri de Tokiwadai« , le Japon avait trouvé son héros du moment. Un policier du koban près de la gare qui est depuis, dans un profond comas après avoir tenté  d’empêcher, la femme à l’origine du dramatique évennement, de mettre fin à ses jours. Elle avait franchi le passage à niveau et avait marché sur les rails à la rencontre du train express qui filait à toute allure en direction de Ikebukuro. Le policier qui avait assisté à la scène se précipita pour empecher le choc. Il y prit part.

Comme on nous l’a montré à la télévision, chaque jour, voisins et anonymes apportent un petit présent au Koban, souvent accompagné d’un petit mot : « Revenez nous vite« , « guerissez » ou encore « vous nous manquez« . Les  élèves de l’école primaire d’à côté ont même fait le déplacement jusque  devant les cameras de televi…. Jusqu’au poste de police pour y lire des poêmes de leur cru. Les personnes interrogées ne tarissent pas d’éloges à son egard. C’est à l’unanimité qu’ils reconnaissent sa gentillesse et son dévouement, on n’en doute pas un instant.

tobu.jpg

fumimage.jpg

Ce n’est malheureusement pas rarissime ce genre d’évennements. Souvent bien sûr, il ne s’agit que d’un freinage brusque parce qu’un vilain personnage déjà en retard ne peut envisager d’attendre quelques instants de plus, devant les barrières noires et jaunes du passage à niveau. Lors d’accidents, excuses répétées du conducteur du train (celui à l’arrière) puis billets d’excuses pré-imprimés de la compagnie de chemin de fer à remettre à son superieur hiérarchique. Billet sur lequel est mentionné le temps approximatif du retard engendré.   

Pour éviter qu’on me harcèle au téléphone, dans ces cas la, je prends une photo du billet en question que j’envoie à mes chefs. 

Ci dessous : 120 mn de retard qu’il y a ecrit, c’est pas souvent. cela qui laisse un peu de temps pour aller boire un café, je suis excusé par la compagnie de chemin de fer !


tobudriva.jpeg  tobu-late.jpg

Elle était chaude, très chaude même, cette place. J’en étais déjà à ma troisième correspondance, je fermai un oeil, puis deux … Le train avait plus de quinze minutes de retard et était bondé, j’étais assis. Je m’endormis jusqu’à une gare lointaine. D’habitude, il n’y a déjà plus de train qui circule dans le sens inverse à cette heure-ci. Ce soir là, tous les trains avait pris beaucoup de retard, j’ai pu rentrer chez moi, mal réveillé dans un train vide et sans vie …

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Densha de go !, Les gros titres

2 réponses à “Le fumikiri de Tokiwadai

  1. Juny

    Merci beaucoup pour cet article très local et ces belles photos. Sincèrement,

  2. Sushi_Nerd

    Les billets de retard à présenter au patron… Waow.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s